Mises à jour récentes Activer/désactiver les fils de commentaires | Raccourcis clavier

  • bat37 17 05 19 09199 le 15 September 2018 Permalien | Réponse
    Tags : , , , , , ,   

    Rando VTT à Azay-le-rideau et Rivarennes en octobre 2018 


    salamandre 2018

    Cr rando nocturne de la Salamandre 2017

    randonnee poire tapée 2018

     

    Publicités
     
  • bat37 18 06 01 09019 le 13 September 2018 Permalien | Réponse  

    16 septembre 2018, rando VTT à Cerelles, 2 formules : une pour les grands et une pour les petits 


     
  • bat37 20 08 26 09269 le 12 September 2018 Permalien | Réponse
    Tags : CR, rando vtt vélo pictaves, smarves vtt,   

    CR de la randonnée VTT verte pictaves du 09/ 09/ 2018 à Smarves (86) 


     par Bruno Mériot accompagné par Philippe Cousinet

    Nous avons tester pour la 1ère fois la rando vtt des vélos Pictaves au départ de Smarves.

    Nous sommes cependant un bon petit groupe avec Philippe Cousinet, Vincent Julienne et nos amis du 86 (Cécile, JC et Fred).
    La boucle noire c’est du roulant pour aller chercher les différents bois dans lesquels se trouvent de superbes singles. On trouvera des descentes raides et propres, de courtes descentes engagées au milieu de cailloux, de longues descentes rapides mais aussi de courts raidillons et quelques longues montées dont une GROSSE bien bien hard (passée sur le vélo tout de même), du dévers sur des hectomètres. Parfois des racines qui compliquent les passages, une traversée de ruisseau et même une traversée de rivière sur une barge. Au total c’est 23 km et un peu plus de 500m de D+ de très bon vtt technique, voire même typé enduro à certains endroits.


    La boucle rouge, c’est 19km et environ 350m de D+. Assez roulante. Du vrai vtt XC qui commence par des modules en palettes, avec franchissements, petit tremplin et même un passage dans un utilitaire (on s’y amusera au retour). Avec des singles, des montées, des descentes et un franchissement de fossé. Cette boucle a été réalisée sur un bon rythme somme toute.


    La boucle bleue, c’est 18km et 250m de D+, presque exclusivement en forêt, avec toujours des singles sans trop de dénivelé. Deux passages descendants engagés au milieu avec cailloux pour pigmenter le tout. On y trouve aussi des courts raidillons bien raides qui piquent les quadris, du roulant et encore des singles pour finir. 


    Les 3 boucles sont différentes mais toutes superbes, il y en a vraiment pour tous et ça occupe bien. Un minimum de bagage technique est requis afin de profiter pleinement de tous les spots proposés et quelques options sauts plus engagés. Leur devise, on sort des sentiers traditionnels et on trace au milieu de rien afin d’aller chercher des passages improbables.


    Plus de 400 vététistes pour cette 24ème édition d’une rando atypique dans la région mais au combien attrayante.
    Par attrayante je ne fais pas allusion à l’attraction terrestre qui irrémédiablement vous attire vous et votre monture vers le sol, qui lui ne demande qu’a vous caresser la couenne. Là je fais allusion à ma chute, glissade sur le flanc gauche et sur plusieurs mètres et sur un sol râpeux dans une longue descente très raide et semée d’embuches. Je ne fais pas non plus allusion à Philippe qui a fait un magnifique soleil dans le ruisseau, ni à Vincent qui a fait plusieurs roulé-boulé dans une descente. Malgré tout cela on a passé une magnifique matinée de vtt dans la bonne humeur.
    Un très GRAND MERCI Aux Vélos Pictaves pour nous avoir proposé ce genre de rando comme on les aime.

    Par Philippe : je peux rajouter que j’en ai bien chié sur les relances plus roulantes et les côtes montées bon train, Vincent et ses potes du 86, ça roule fort. Heureusement qu’ils font des pauses et que je limite un peu la casse dans le technique. Pour Infos, Bruno a chuté sur la boucle noir à notre 2ème passage : après tout les passages le terrain était devenu très sablonneux et hyper glissant, pas facile à négocier avec nos vélos XC. La mienne a eu lieu en traversant le ruisseau sous le pont, mais qui a mis ce gros pavé au milieu, soleil est bain intégrale. La plus belle gamelle a été celle de Vincent qui c’est semble t’il laissé aspiré par la descente vers le goulet, perte de contrôle à grande vitesse la chute est imprésionnante mais il se reléve hélico, pas de mal. La boucle bleu aurait pu être encore plus fun roulé bon train , mais là , après pour Bruno et moi une boucle  rouge et deux noires il a fallu gérer pas mal. Au final, on a fait 88km et autour de 1600m de dénivelé,ça calme!!!

    Merci aux organisateurs qui ont pris le temps de ressortir un peu d’eau et deux trois oranges pour nous ravitailler alors qu’il avait tout plié. Il était super content du nombre de participants à l’édition 2018 qui dépasse les 400 pour une rando typée technique. Il est vrai que les moins affûtés peuvent faire que la rouge et la bleu, voir que la bleu qui était très forestière et ludique. 

     
  • bat37 20 08 56 09569 le 5 September 2018 Permalien | Réponse
    Tags : 24h vtt, , , , mettray vtt, nouzilly, ,   

    Retour sur ma 1ère participation au 24h VTT de Nouzilly (37). Une belle expérience faite avec le club de Mettray VTT. 


    Beaucoup d’interrogation avant la participation au 24h VTT de Nouzilly 2018.

    Quand Pascal notre président au club de Mettray à sondé les membres du club pour participer à ces 24h, j’ai tout de suite adhéré. Même si je roule souvent le week-end, on ne peut pas dire que mes sorties soit des entrainements intenses et question compétition, très très peu d’expérience et ça commence à dater. Rapidement on s’oriente pour une participation de deux équipes 100% Mettray VTT. Dans l’inconnu, à 54 ans, l’équipe 2 normalement moins relevé m’aurait bien convenu.

    Pour la préparation, j’ai la chance d’être en vacance les 3 semaines précédent la compétition. Marches, footings typés trail, VTT, route en Isére sont au programme quasiment tout les jours sur une bonne semaine. Juste avant,  sur trois jours, participation à la Lozérienne VTT en mode rando (2 jours) suivi dans la foulée d’une rando vtt Ambert dans le Puy-de- dôme, voilà pour la préparation.

    Le jour de la compétition, rendez vous à 10h30 avec le reste des membres de Mettray VTT. Certains ne participent pas à la compétition  mais comme souvent, leur présence et de grand secours pour l’installation des stands, l’intendante, les photos et le soutient moral.

    DSCN3493.JPG

    il y a bien 2 équipes et je me retrouve finalement dans l’équipe 1 avec Eric, Damien Jérome et Pascal. Nous sommes donc  5 dans l’équipe comme l’équipe 2 , ainsi le maximum d’adhérents participent, c’est la philosophie du club de Mettray  et elle me plait.

    Avant le départ, quand même quelques interrogations surtout après avoir fait le tour de reconnaissance. Le circuit fait  je crois 9km avec environ 150m de dénivelé, il me plait bien car pas de côte casse pattes. Sans être technique, c’est super ludique des qu’on donne du rythme. Parfois très sinueux, des relances, une belle petite descente, des gros freinages, chicannes et des côtes à monter à son rythme. Le passage à travers les stands avec les deux petits tremplins juste avant la fin du tour, bien vue. Moi, ce que je crains sur ce circuit souvent assez étroit c’est de gêner un compétiteur de haut de tableau ou être gêné dans le sinueux ou descente ou je me démerde plutôt pas trop mal.  Au final ça se passe super bien, les costauds on les entends arrivée et ils annoncent tous leurs dépassements et de quel coté. Idem pour moi, pas de problème de dépassement en s’annonçant donc j’ai pu gagner du temps sur mes points forts, parfois même tenir un petit groupe et même prendre un peu d’avance avant d’attaquer la côte à mon rythme pas très élevé et pouvoir relancer fort au sommet juste avant qu’il me dépasse et garder le champs libre sur la descente suivante, c’est assez grisant la compet. même si on est pas un cador. Les côtes paraissaient assez tranquille en reco mais après plusieurs tours rapides, ça calme!!!

    Je suis également surpris de l’adhérence du terrain qui était excellente. Il y avait deux gros freinages avant l’entrée du bois par un fossé et avant une chicane en ruralise ou il était possible de dépasser au freinage (mon passage préféré), trop cool. Les parties sinueuses rapides sont prises de plus en plus vite au fil des passages avec toujours la même adhérence : enfin, surtout les 1ère heures car après il faut parfois savoir assuré et ne pas risqué la chute ou la crevaison. La descente en goulet c’est creusé au fil des tours laissant apparaître pas mal de pierres, là aussi il a fallu assurer un peu : le virage relevé en bas à bien était utilisé par les participants.

    Quand même étonné de pouvoir enchaîner les tours sur un rythme inhabituel pour moi.  A chaque fin de tour on se dit que le prochain on avancera plus et puis on repars en espérant  faire mieux. Bien sur les temps au tour finissent par baisser pour tous. Tout est bon pour avancer plus vite : rattraper le VTTiste qui est devant, distancer ceux de derrière ou retardé le dépassement inéluctable d’un team leader.

    On aurait peut être pu faire un tour de plus sans quelques problèmes techniques (selle cassé, panne d’éclairage) pendant la nuit : on était pas les seul. Avec la fraicheur , la fatigue et ces problèmes, gros coup de mou générales en fin de nuit. Au 1er rayon de soleil, on retrouve la pêche et la fatigue disparait pour finir au max. Comme quoi le mental joue pour beaucoup.

    On est  13ème au scrath sur 34 équipes à peut près équivalentes, très loin derrière les 1er, des jeunes compétiteurs affutés. Il y avait 67 équipes au total mais les autres sont avec participants limités voir solo. On finit 3ème dans le classement amateurs d’où cette photo sur le podium. On était 5, beaucoup étaient 6 à prendre des relais donc un peu moins de récup pour nous,  plus de tour à faire et un homme vrai en moins pour les 1er tours ou ça part fort. On a fait 51 tours de 9 kilomètres (env.150mD), soit 10 pour 4 et 11 pour 1. 

    24h equipe 8

    En tout cas, bien expérience, sur la photo, dans l’ordre : Eric (le tonique), Pascal (le boss), moi (le slalomer), Jérome (le puncheur) et Damien (le métronome) tous du club de Mettray Vtt. L’équipe 2 c’est également bien battu avec aussi des hauts et des bas.

    Un beau challenge pour compétiteur mais aussi pour VTTistes du dimanche, tout le monde à ça place et tous donnent le maximum. Consulter leur site pour plus d’infos sur les 24h de Nouzilly. Retrouver le classement de l’édition 2018, les photos …

    De belles photos des 24h sur le facebook Johanna Cadoiço

    Comme celle ci

    40749464_1879880175406886_8771043312648847360_o

     

     
    • deletang pascal 21 09 30 09309 le 5 septembre 2018 Permalien | Réponse

      Bravo mon Philou , très beau compte rendu.
      J’ai rien à rajouter !
      AH SI , Bravo à toi pour ta course 🖒🖒🚵🚵

      J'aime

  • bat37 22 10 07 08078 le 29 August 2018 Permalien | Réponse
    Tags : La Canourge, lozérienne, Mende, , rallye XC,   

    Retour sur notre première participation à « La Lozérienne VTT » en mode rando entre le 03 au 05 aout 2018. 


    Vendredi 03 aout 2018, La Canourgue

    La Lozérienne VTT c’est avant tout une compétition et on l’a bien compris à l’issu de la 1ère journée rando. C’est avec Damien qu’au dernier moment on se décide de partir pour La Canourgue en Lozère pour participer à la Lozérienne en mode rando : nous avons prévu de faire les deux premières journées car on a décidé de faire une rando à Ambert le dimanche pour ce rapprocher de Touraine pour le retour.

    Départ de Tours à 5h du matin pour une journée bien chargée. Bien 5h de route en camion pour arriver à La Canourgue pour les inscriptions sur place. 35e par journée de participation avec quelques cadeaux dont un guide VTOPO Lozère pour de prochains séjours, ravitos et repas du samedi soir etc.

    On trouve un coin tranquille au bord de l’eau comme campement. Il faut maintenant être près pour le départ de 16h. On a eu peu ou pas d’info sur le déroulement de la randonnée. Sur place on entend donc que l’on part après le départ des compétiteurs sur la spéciale 1. Ok, on suit, c’est l’aventure.

    Spéciale n°1, belle mise en jambes

    9,5km, 400m de dénivelé +- . Une longue montée plutôt roulante, Damien m’attend,  suivi de beaux sentiers et enfin d’une belle descente souvent rapide et ludique pour revenir au départ à la Canourgue. Malgré une montée plutôt tranquille, grâce à la descente j’arrive en ville à travers les derniers compétiteurs, on est guidé  par la sono et les commissaires de course pour passer la ligne d’arrivée.  Damien me rejoint, place au ravito. Une belle spéciale pour ce mettre dans le bain.

    Au ravito, attente !!

    C’est là que ça se complique pour nous, car une fois ravitaillé, après 5mn, on est près à repartir mais on a aucune info concernant la suite de la rando. On essai bien de ce renseigner auprès de bénévoles ou à la sono mais il semble qu’on est transparent : ils sont à fond dans le déroulement de la compétition et le coté rando semble…. Donc on attend !

    La liaison 1

    Après une ½ heure (une bonne), les compétiteurs partent en liaison de 9km 350m D+ 90m- et nous randonneurs tout de suite derrière, on suit sans directive et  un peu sans savoir ou on va !! Liaison sur route, évidemment ça roule plus que cool en peloton car pas de chrono, puis une seule côte en sentier pour monter au départ de la spéciale n°2 et beaucoup montent à pieds pour ne pas se fatiguer,  donc nous aussi. Donc, là on a pas pu rouler.

    Spéciale n°2, on retrouve le sourire à l’arrivée

    On arrive au départ de la spéciale n°2 de 10km (200mD+ -460mD-) , on nous autorise pas a continuer la rando. Il faut attendre que tout les compétiteurs (116) soit classés et parti 4 par 4 toute 30s et prennent leur départ. Mais avant cela il faut attendre une bonne demi heure l’arrivée des chronométreurs. Donc on poirote, on n’était pas trop préparé à cela donc on commence à pas trop apprécier. Heureusement, il avait un point d’eau pour s’hydrater, remplir les gourdes et même s’arroser. Quand même peu démotivé, on attend le départ de tous les compétiteurs et laissons les autres randonneurs prendre un peu d’avance. On roulera plus régulièrement sur ce beau tronçon de 10km typé rando. Pas mal de monotraces, sentiers typés quad, beaux chemins.

    Par contre, le goulet final descendant quand même assez long sera assez technique et exigeant physiquement, du bonheur. Un cours passage rocheux passé à pieds car arrêté, pour le reste je ne me pose pas trop de question. Ca secoue pas mal en semi rigide mais que du bonheur. Un passage en aveugle avec un commissaire : je lui demande si ça passe ??? Réponse : oui, ça passe. Donc je passe mais bon dieu, mes pauvres vertèbres. Fin de descentes au taqué avec un beau virage serré et quelques marches pour rejoindre le centre ville. Là, je sais que rien que pour cela ça valait le déplacement.  Damien a pris un peu de retard car moins à l’aise en descentes sur les passages techniques d’où quelques courts portages.

    Spéciale n°3 en nocturne

    La spéciale n°3 est prévu en nocturne. Elle est donnée pour 7km avec 400m D-+ mais nous on est venu en touriste donc pas de lampe. Donc, après un court ravitaillement on part faire la spéciale de jour. On trouve le balisage grâce au plan. On monte avec variante comme pour la spéciale n°1 jusqu’à une route et on redescend en sentiers. On ne fait pas la partie en ville car commune je crois avec la fin de la spéciale n°2. Du coup, on fait une rapide visite des ruelles possible en vélo.

    A l’issu de notre boucle, on remonte au camion se changer et prendre le ticket repas. On peut ainsi prendre notre repas en regardant partir et revenir les compétiteurs : les 1er ne mettront pas longtemps à torcher cela.

    Une 1ère journée bien remplie

    La journée n’est pas tout à fait fini, Damien n’est pas trop pour ce laver dans le ruisseau glacé ou est garé le camion, du coup nous voilà parti pour trouver un endroit pour se doucher, on fera encore près de 10 bornes en soirée. Autant vous dire qu’on ne mettra pas longtemps à s’endormir après cette journée de ouf.

    Samedi 04 aout 2018, départ de Quézac

    Aujourd’hui, départ à Quézac des le matin et c’est beaucoup plus clair dans nos tête avec les infos qui nous on était proposé hier soir.  Du fait des fortes chaleurs le programme est allégé et c’était la bonne solution car on va avoir encore chaud. Pour nous randonneurs, on suit les compétiteurs sur deux spéciales et si je me trompe pas, ils en feront encore une ou deux dont la n°6 bien costaud (11km 600mD+/520mD-) : en plein cagna, celle là je ne regrette pas quel ne soit pas à notre programme, il faut qu’il nous reste des forces pour notre 60km toujours en rando demain à Ambert.

    Au départ de la spéciale n°04 (7,3km 475mD+), la 1er spéciale de la journée, on décide de resté avec le caméraman qui doit filmer le départ et enchaîner derrière les compétiteurs. Malheureusement pour nous il c’est placé sur le tracé retour, on trouve le temps long, il semble que le départ est été donné au vue du bruit de la sono mais pas de compétiteurs en vue. Tout d’un coup Damien a l’idée de regardé vers les montagnes et voit passer des VTTistes déjà loin. On file au départ, on part du mauvais coté, on perd encore 3mn. Du coup, on doit cravacher pour reprendre le groupe de fermeture qui risque d’enlever des balises. Puis,  Damien accélère le rythme de la montée et comme je m’accroche on reprend le gros des randonneurs au ravitaillement. Suit rapidement après une ou deux courtes descentes une côte plus raide et plus cassante ou il faut s’employer pour arriver en haut sur le vélo. Il y aura quelques portages coté randonneurs. Du coup, on ne sait pas trop ou s’arrêtait la spéciale, on continue sur la liaison 2. Il y aura 14km (250mD+-) pour rejoindre le départ de la spéciale n°5 en petits faux plats sur sentiers et grands chemins. Je crois sur la fin une belle monotrace technique. On arrivera cependant un peu trop tard pour avoir le droit de partir avant les compétiteurs mais là avec les efforts fournis, une petite attente ne nous fera pas de mal.

    Spéciale n°05, clairement orientée descente et typé enduro sur la berge du Tarn.

    La spéciale n°05 c’est 575m de dénivelé descendant  pour seulement 100m montant. Elle fait 9,5km et la descente ce fait essentiellement sur les deux 1er tiers du tracé. Je suis les 3 ou 4 1er randonneurs en vélos suspendus adaptés à la situation. Le rythme est bon et rester au contact en semi rigide me satisfait amplement d’autant qu’il me semble vrai du jour. Cassures, marches, pierres, petits dévers, épingles etc…. tout y passe, là c’est du sérieux, je finis par perdre un peu de terrain. On se prend au jeu pour descendre au plus vite, limite en mode chrono. Une petite frayeur avec une perte de pression à l’arrière mais ça tiendra jusqu’au bout. On a doublé quelques compétiteurs de fin de classement qui avait peut être sous- estimé le coté technique de certaines spéciales.  La suite c’est sur le bord du Tarn avec cailloux et racines, des courts portages seront nécessaire. On monte de 2 m est on redescend et ainsi de suite, on bute sur une pierres ou racines on relance etc…  on double des que possible quand certains récupèrent ou laissent gentiment passé sans certitudes pour nous de faire le prochain passage sur le vélo. Pour moi, pas trop de calcul, je suis en mode « chrono » jusqu’au bout.

    Heureusement pour nous randonneurs qu’on à pas à faire la spéciale suivante avec 600m de D+ en plein cagna. Je finis par passé la ligne d’arrivée. J’attends longuement Damien qui n’est pas dans son domaine de prédilection.

    Sûrement une trentaine de compétiteurs et trices de fin de classement repris, un peu en perdition et manquant clairement de technique : peut être aurait t’il du commencer par participer en mode randonnée qui est en fait un bon seuil découverte à passer avant de ce lancer dans cette compétition.  Car en fait pour les novices la rando est en fait une mini compétition sans chrono, le rythme est le même que les compétiteurs avec les attentes, les moments ou il faut mettre les gaz, tenir un rythme mais sans la pression, le tout avec un programme allégé.

    Dimanche ça continu sans nous

    Il y a encore du boulot pour les compétiteurs avec des spéciales bien costauds en fin d’après midi et dimanche du coté de Mende. Les randonneurs auront de quoi s’occuper, n’en doutons pas. Pour nous, après le raccourci sur route (5km) de la formule rando et la liaison 3 (7km 150D+), on arrête là.

    Au final bien content de nos deux jours sur de beaux parcours de Lozére. Pas eu le temps de filmer ou prendre des photos, dans l’effort ou la concentration dur de s’arrêter pour prendre une photo !!!

    Pour l’organisation, peut être un peu mieux décrire et expliqué votre conception de la rando serait pas mal. Pour moi une randonnée c’est un parcours d’une traite fait à son rythme ponctué de quelques ravitaillements. Ici, ce sont des spéciales sans chronos entrecoupés de périodes d’attentes, de repos ou de liaisons. C’est pas mal aussi mais il faut le savoir. Nul doute qu’après cela beaucoup tenteront la compétition et seront à quoi s’attendre, enfin presque.

    A quoi s’attendre en mode chrono, connaissant maintenant le terrain, ça pique !!!!

    Pour rappel était prévu 12 spéciales, 6 liaisons soit 180km dont 120km en chrono avec 5700mde dénivelé positif et 6000m de négatif  sur les 3 jours pour les compétiteurs (allégé cette année pour canicule).

    En mode sans chrono, parcours allégés.

    153km, 4300m de dénivelé positif et négatif en mode « rando » (également allégé cette année).

    Direction Ambert pour terminer le week-end

    La journée n’est pas finit pour nous, on remballe et direction Ambert dans le Puy-de-dôme pour participer demain à une rando classique de 60km « la rando des hautes chaumes du Forez» avec 1300m de dénivelé. Le but étant de se rapprocher d’Indre-et-Loire pour rentrer plus tôt. On serait bien resté souffrir une journée de plus en Lozére.

     
  • bat37 8 08 46 08468 le 26 August 2018 Permalien | Réponse
    Tags : 37, 86, , , ,   

    Quelques randos VTT Touraine et dépt proches pour septembre 2018 


     
  • bat37 20 08 37 07377 le 23 July 2018 Permalien | Réponse
    Tags : , , , , , , vidéo parcours, vtt randonnée   

    Vidéo Trail de Panzoult (Indre-et-Loire), les 12 premier kilomètres fait via la rando VTT du samedi. 


    Un des plus beaux challenges de Touraine, en trail, marche nordique ou VTT. Le tout pour une bonne cause.

    Parcours tonique, tourmenté entre arbres, fougères, la nature repend vite le dessus après le trail du dimanche. La rando VTT c’est le samedi sur le même parcours ou presque. Nombreuses sections sont privés et plus accessible des la fin de l’édition, donc pour en profiter, c’est le jour J en Juillet. Cette année c’était le 21 et 22 juillet 2018 .

    La vidéo est tourné sur les 12 premier kilomètres, jusqu’au 1er ravito pour les VTT. Pour le dynamisme de la vidéo , les côtes sont écourtés, mais courts portages  sont zappés ainsi que quelques parties plus cassantes ou très lentes. Idem pour les belles parties plus touristiques privés. Le balisage et la préparation du parcours sont nickel, que du bonheur!!!.

    Cette année le grand parcours VTT faisait 31km exigeant avec autour de 740m de dénivelé. Nous sommes plusieurs à avoir fait deux tours (3 pour les furieux), ça calme. Au deuxième passage le terrain est mieux nivelé notamment pour les montées dans l’herbes et les sous bois nature.

    https://www.facebook.com/TraildesCavesdePanzoult/

    D’autres vidéos de randos Touraine, parcours sur Tours et Joué-les-Tours et autres sorties, découvertes…..  https://www.dailymotion.com/batarami37/videos

     
  • bat37 14 02 34 07347 le 2 July 2018 Permalien | Réponse
    Tags : compte rendu 2018, drailhes du diable, draille, hérault rando vtt, pont du diable, ,   

    C. R rando « les Drailhes du diable 2018 » à Aniane (Hérault). 


    Comme chaque année, je recherche une rando sympa à faire pendant les vacances. Ce sera les Drailhes du diable pour le dimanche 01 juillet 2018.

    A Bellegarde (Gard), réveil à 4h45 au pour aller prendre le départ de la rando VTT « les drailhes du diable » à Aniane près du pont du diable (Hérault) pour un 58km 1200mD.

    FILE0073.JPG

    Le pont du diable à deux pas du départ.

    Arrivée sur place vers 7h15, Départ entre ?? 7h30 et 7h45. Une belle rando ou les pierres très sont souvent présentes sur les drailles, sentiers et monotraces. On démarre doucement en plaine sur 3 , 4 kilomètres, un petit pierrier pour s’échauffer. Des montées pas trop raides et plutôt « roulantes ». Rapidement quelques chemins et sentiers typée rando de pays, donc pierres et quelques courts passages naturelles plus dur à négocier. Déja des drailles étroites et petits goulets sympa que je me dois pas trop me lâcher car en semi rigide avec des pneus tubeless mais très light . Bien gérés sur un rythme régulier la 1ère partie jusqu’au ravito 1. Un constat, énormément de vélo électriques sur la rando.

    Comme en forme, je me suis un peu enflammée jusqu’au ravito2 car les singles étaient top, de bons enchaînements  plus nature ou il faut surveiller pierres et végétation. Trois marches que j’ai préféré descendre à pieds, deux étaient « tentable » mais bon je ne suis pas du pays, je joue la prudence. Une grosse frayeur en glissant dans une profonde ornière mais ça passe et une « pitite » glissade sur dépassement en dévers glissant. Pas toujours facile de doubler car les sentiers sont étroits est la végétation est dense mais souvent les riders s’écartent d’eux même dans la minute ou des que possible. Du gros dénivelé avant d’arriver au ravito 2 montées bon train pour ma part.

    Après le ravito, plus compliqué pour moi, ça grimpe encore , coup de mou, 5, 6km plus cool ou je suis volontiers une roue qui gère d’autant qu’on est retombé sur les parcours commun et c’est pas toujours facile à doubler. Après les drailles de crête (ou on avance entre végétation dans les pierres en permanence) avec vue sur le mont St Baudille et St Guilhem-le-désert , le parcours redevient plus roulant jusqu’à l’arrivée.

    FILE0067.JPG

    St Guilhem-le-désert

    Arrivée 11h40, Belle organisation, parcours et balisage très sympa. Bière, sandwich et bouteille souvenir à l’arrivée. Démo de trial et quelques stands, belle animation. https://www.drailhes-du-diable.com/

    On est déja venu rouler par ici autour du Salagou il y a quelques années.

    Film d’un option technique autour de la presqu’ile de Rouens dans un paysage de rêve. Nous quittons donc le circuit VTT FFC N°1 , comme l’explique le début de la vidéo , moins de 500m après nous sommes devant le parking automobile de la presqu’île de rouens . Rapidement , nous comprenons que ça va pas être facile avec pour débuter deux petites bosses , un passages en corniche et un ascension en portage . En haut la vue est magnifique ….

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

     
  • bat37 13 01 27 06276 le 28 June 2018 Permalien | Réponse
    Tags : , le blanc vtt, mettray, , , , , vtt 3 heures vtt 37   

    08 juillet 2018, rando ou compétition, une affiche du 37 et une du 36. Deux bonnes destination. 


     
  • bat37 12 12 38 06386 le 22 June 2018 Permalien | Réponse  

    Vidéo Raid VTT Rose d’Antran 2018, boucle de 20km la plus exigeante. 


    Vidéo résumé de cette superbe boucle n°5 avec très nombreux singles tracks et des belles côtes ( pas trop mi sur vidéo car pas très fun à regarder, un peu lent) que l’on fera deux fois.

    raid antran

    La boucle 1 et 2 étaient variées ,plus sauvage, peu roulées car souvent en terrain privé, quelques singles. La boucle 4, un peu plus roulante mais avec pas mal de dénivelé parfois raide, comme la n°5, cette boucle occupe pas mal dans un autre registre. On a pas fait la boucle n°3.

     
  • bat37 22 10 08 06086 le 19 June 2018 Permalien | Réponse  

    C.R 2018 de la rando raid VTT, La Rose d’Antran (86). 


    Par Bruno Mériot
    Départ vers 7h45 avec Nicolas Bouet, Bruno Sauvestre et Philippe Cousinet.
    Première partie roulante pendant 5 à 6km puis on attaque direct la célèbre côte de La rose. Km10 on arrive déjà au ravito, à la fin de la première partie de la première boucle n°1. A partir de là, le principe sera 4 boucles bien différentes de 20km.

    On choisit la boucle N°2. On a rejoint quelques 1 Team Bike, dont David Leguern. La boucle se fera bon train avec pas mal de singles tournicotants ou il est pas facile de donner du rythme car étroit et très nature , quelques passages bien gras avec des ornières, bosselés  (comme on avait pas capté qu’il fallait enchaîner la boucle 3 à mi chemin de la boucle 2, on a loupé celle-ci. On y trouve aussi des sentiers de sous bois peu roulés avec un peu d’herbe car privée.
    Après concertation, on enchaîne avec la boucle N°5 car c’est une des plus exigeantes et ludiques. Sur celle-ci on trouve de longs singles plus rapides et ludiques mais aussi 2 bonnes montées et pas mal de courtes relances. Le terrain est superbe et les singles interminables. Quelques beaux enchaînements toniques et un peu techniques.

    On s’élance maintenant sur la  boucle  N°4. Quelques beaux singles rapides au départ puis quelques montées et chemins roulants. Pas mal de mouvement de terrain sur cette boucle, il y a des efforts à faire. A noter, du côté de Vaux sur Vienne, on attaque une montée direct face au coteau sur des pavés en béton puis virage à droite sur un chemin propre. Quand soudainement en sous bois,  deux option possible : tout droit « montée possible »,  à gauche  « montée impossible ». Impossible? Rien de plus tentant pour moi alors je vire à gauche et j’attaque cette montée. Finalement, elle était possible en s’employant pas mal, en évitant ou accélérant dans les 2 passages délicats au bon moment. De retour au ravito on décide de se refaire les singles de la N°5 mais en zappant les quelques petites boucles plus roulantes. Personne à par nous 4 dans les singles? c’est tout bon!. Il y a maintenant un peu plus de gras au départ avec tout les passages. Le rythme est tranquille pour attendre Philippe qui a plus trop de jus pour le montant. Retour une dernière fois au ravito. On retrouve les KBT puis on repart pour terminer la boucle 1. Quelques bons singles avec courtes descentes raides, passages de passerelles et un beau petit pierrier (passé sur le vtt s’il vous plait!). La fin c’est 5km de plat et roulant avec vent de face. 85km au total pour 1350m D+. Il nous manque la boucle N°3 qu’on a loupé. Nico et Bruno S. était souvent devant sur un rythme plus rapide, on se retrouve aux ravitos mais ils nous ont attendu sur le deuxième passage de la boucle n°5. Pour ma part, j’attends Philippe qui coince sur les derniers kilomètres.

    Superbe rando de la Rose 2018, qui fait bien plaisir après celle, bien pourrie de la semaine dernière. 7 Euros ou 13 Euros pour les raids mais avec des sandwichs aux ravitos (pour les raideurs avec bracelets). Une, voire deux bières à l’arrivée avec un sandwich pâté puis 1 barquette de frites avec merguez ou saucisse + 1 t-shirt + 1 gourde EA FIT avec des barres énergétiques et un couteau multifonctions EA FIT.

    Un grand MERCI à Francis Neau et aux gars du club d’Antran pour le boulot colossal réalisé pour toutes ces traces qui partent dans tous les sens et les nouveaux singles. En récompense pour eux un peu plus de 400 vététistes et plus de 250 marcheurs. BRAVO!!!!

     
    • FrançoiseWeb 18 06 46 06466 le 20 juin 2018 Permalien | Réponse

      L’important, c’est la rose, l’important c’est la rose d’Antran !! Bravo, beau rapport de randonnée !!

      J'aime

  • bat37 19 07 29 06296 le 16 June 2018 Permalien | Réponse
    Tags : , bretagne nord, , diaporama vtt, mont d'arrée vtt, , , , ,   

    650km, plus de 8000m de dénivelé en Bretagne Nord entre le 26 et 02 juin 2018 


    Diaporama des bons moments du séjour.

     
  • bat37 20 08 23 06236 le 12 June 2018 Permalien | Réponse
    Tags : , , Huelgoat, , , , , vtt bretagne, vtt côtier finister   

    Grande Boucle VTT en Bretagne Nord. Boucle Guerlesquin, Huelgoat, Brest, St Renan, Le conquet, Brélés, Plouguerneau, Roscoff, Morlaix, Guerlesquin en 7 jours. 


    Après la Bretagne Sud en 2016, nous programmons pour mai 2018 une grande boucle en Bretagne Nord. Cette fois, moins de kilomètres par étapes mais on prévoit un maximum de vrai VTT avec la traversée des monts d’arrée, les sentiers autour et dans Brest. Beaucoup de côtier entre Brest et Morlaix sur le GR ou les espaces VTT.  Au final, de bonne journées bien costauds.

    Les participants : Patrick villedieu, Stéphane Verdier, Damien Texier et Philippe Cousinet pour un périple  entre le 26 mai et 02 juin 2018. Autour de 100 heures de préparation du parcours de base alternant route, chemins et sentiers côtiers. Au coup par coup et sur place on rajoutera de nombreux kilomètres de sentiers côtiers, GR de pays. Les étapes se rallongent et deviennent assez exigeante au final. La recherche d’hébergement n’a pas été simple aussi car partout , il loue un bungalow pour minimum deux nuitées. Quelques étapes on du être modifier en dernière minute.

    Samedi 26 mai Guerlesquin -Huelgoat. 

    Départ de Tours vers 8h15 pour rejoindre Guerlesquin et prendre un départ en début d’après midi pour une courte étape de 40km et 670m de dénivelé. Etape normalement pas très dur avec pas mal de route et quelques chemins propres pour se mettre en jambes et arrivée pas très tard au camping. de la Rivière d’argent à Huelgoat. Après seulement 16km, c’est le déluge , l’orage est juste au dessus de nous. Nous devons faire un 1ère arrêt de 40mn car la c’est vraiment trop dangereux de rouler, on trouve abri dans une grange. On repart sous la pluie pour quelques kilomètres, la pluie redouble, on s’ arrête d’un quart d’heure dans un village avant de ce résigner à devoir rouler sous les trompes d’eau. On allège le parcours avec plus de route et une arrivée direct à Huelgoat, il faut remonter jusqu’au camping, la pluie s’arrête enfin. On aura fait 41km.

    Après avoir pris possession de nos hébergement et avoir déja constaté que malgré les housses quelques vêtements de rechange on déja pris pris l’eau, on reprend nos vélos en tenu détente et sans sac pour découvrir la forêt Huelgoat via une petite boucle de 13km préparer en amont. On prend le temps de faire un peu de marche et photos, le site est magnifique. Au final, on fera partiellement la boucle avec quelques belles grimpettes, 10km aller retour tout en prenant notre repas du soir à Huelgoat à l’hotel restaurant du lac.  La journée s’achève avec 51km et environ 650m de dénivelé.

    Dimanche 27 mai ,    Huelgoat – Plougastel Daoulas

    Etape de 83km avec 1400m de dénivelé, les monts d’arrée au programme, 50km sans traversée de village.

    1ère grosse étape avec la traversée des monts d’arrée avec un passage obligé à la chapelle St Michel. D’entrée, en forêt d’Huelgoat on rajoute 3km de monotraces et portages avec 150m de dénivelé en plus sur le programme du jour. Après 5km sur route, on attaque la traversée des monts d’arrée mais pour y parvenir on emprunte un GR plus vraiment fréquenté : avec Damien on perd Stéphane et Patrick qui ont les GPS d’ou les deux 1ère photos de grimpettes pour les retrouver. Perso je ne connaissais pas les monts d’arrée : les dénivelés peuvent être long mais pas très raides, cependant certains sentiers hors GR demande un peu de technique pour rester sur le vélo quand ça monte; Patrick appréciera moyennement l’un d’eux et devra pousser de temps en temps. L’ambiance est fraîche et humide après le gros orage d’hier soir, on devra traverser quelques belles flaques.

    On mange nos sandwichs achetés à Huelgoat vers 14h après avoir fait la descente de la chapelle St Michel. On profite d’un peu de soleil, ça ne durera pas. A suivre, il y aura moins d’eau mais maintenant plus de boue et passages glissants dans les sentiers. A partir de Daoulas, il reste 15km avec pas mal de route mais alors!! ça monte ou ça descend en permanence, les dénivelés s’accumulent vite et commencent à ce sentir. Partie vers 8h30, on arrive vers 18h au camping St jean près de Plougastel-Daoulas : on trouve un camping 4 étoiles avec piscine et restauration de qualité, des crêpes excellentes.

     

    Lundi 28 mai, Plougastel Daoulas – Milizac

    Une étape de 92km avec environ 1200m de dénivelé, modifier en dernière minute car le camping St Jean n’était pas sur le parcours initiale. Avec une grosse partie de la trace dans Brest et sa banlieue c’est au final une très belle étape complètement différente que celle de la veille.

    Du coup pour faire la distance j’ai prévu une boucle avec au départ pas mal de route sur 25km mais on final on a improvisé sur place pour prendre beaucoup plus de sentiers. Déja au départ on tente un sentiers qui très vite nous proposera quelques obstacles naturels, donc pas mal de portage sur terrain humide. Par contre on ne prendra d’eau aujourd’hui. On rejoint Landerneau avec beaucoup plus de chemins et sentiers que prévu, c’est top. La trace fait une petite visite de la ville. On revient vers Plougastel (avec 35km) avec la aussi pas mal de modif sur le parcours. Stéphane supprime deux gros dénivelé sur route pour avoir plus de temps sur Brest et improvise quelques sentiers, du coup cette partie qui devait être assez neutre et au final pas si pas.

    On rejoint le pont de labbert Louppe via le GR 34 avec vue sur le pont suspendu de l’Iroise qui marque l’entrée dans Brest. Là, j’ai fait une trace qui fait découvrir Brest (océanopolis  , La tour Tanguy,  arsenal et château de Brest) , on a même pu faire du vrai VTT dans les parcs du centre ville. Nombreux arrêts et photos. Ici, pas de problème pour le sandwich du midi. On continu en côtier pour approcher le phare du portzic, la plage de St Anne, la pointe du diable et le fort du Dellec, le tout avec quelques grimpettes.

    Ensuite on retourne vers Milizac en passant par la banlieu de Brest. On a utilisé quelques pistes cyclables sur 4km mais aussi des beaux chemins et sentiers pour le reste, on a trouvé aussi quelques singles tracks parallèle ou on a pris le temps de s’amuser un peu. On passe par plusieurs petits forts bien sympa à visiter en vélos. Ensuite par des petits bois on  rejoint Guillers puis Milizac. Au final 92km et 1250m de dénivelé. Le soir, on est hébergé chez nos amis à Milizac ou on passera une bonne soirée pour repartir frais et dispo pour étape de demain qui nous fera découvrir encore d’autres paysages et challenges.

    Mardi 29 mai, Milizac- Brélés

    Etape de 85km avec 1000m de dénivelé (supposé au départ). Quelques nuances en moins ou en plus pour ceux qui aimaient (ou pas) les portages et les passages un peu technique en raidillons. Nos distances varierons entre 76 et 90km avec 1400m de dénivelé. Près de 70km de côtier splendide et tourmenté, elle fait mal celle là!!!

    Après 300m , les 1ère gouttes, il pleuvera pour les 20 1er kilomètres qui était essentiellement une liaison à 65% route pour rejoindre la côte ou on l’avait quitté. Arrivée sur la côte, il ne pleuvra plus et ce jusqu’au soir. Les 1er kilomètres en bord de mer , nous resterons prudent le temps de bien jauger l’adhérence. Nous commencerons par la pointe du Minou, son phare et son fort puis le fort de Toulbroc’h via le GR34. Si au départ la trace n’empruntait pas tout les sentiers côtier, c’était tellement plaisant et désert après la pluie que nous en prenons un maximum donc beaucoup de portages et raidillons challenges. Patrick dont ce n’est pas du tout son terrain adaptera son parcours avec plus de petite route côtière mais finira avec 1150m de dénivelé. Pour Damien, Stéphane et moi encore une étape à 1400m et près de 92km.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    30 mai, Bréles –  Plouguerneau

    Etape programmée avec 88km et environ 700m de dénivelé. La fin de la trace étant en escargot, on supprimera 10km car il y avait un moment qu’on était sous la pluie. Malgré tout pas mal de sentiers testés, on fera 72km avec 730m de dénivelé. Il faudra rajouter 6km (40m DV) pour aller manger en ville. 

    On commencera par le tour de aber Lidut, phare et chapelle à Ladilnut. Ensuite longue traversée côtière de Porspoder avec point de vue et dolmens. Un peu de route côtière ou  sentiers parallèle à vue (parfois 3 sentiers dispo plus ou moins sableux ou techniques). Traversées de Kersaint et Porsall avec curiosités côtières. Petites grimpettes dans les terres pour passer au moulin du Quinou et Tanné. Traversée de aber Benoit à Pen ar Pont pour rejoindre Lannilis. Traversée de aber Vrac’h pour arriver à Lilia et Plouguerneau avec point de vue côtier. Fin de parcours réduit pour cause de pluie. A noter qu’on a perdu Damien, il arrivera 20mn après nous le temps de retrouver le camping, il a bien pris l’eau. Du coup pas trop de photos, on était souvent dans la poise.

     

    31 mai, Plouguerneau – Roscoff

    Etape de base de 84km avec environ 600m de dénivelé . Sur le papier parcours qui pourrait manqué de fun mais la ralité sera tout autre d’autant qu’on a pu prendre nombreux sentiers parallèle à la route côtière. On finira avec tous des distances différentes en fonction des choix pris : du coup, les téléphones on fonctionnait souvent pour ce retrouver et on finira avec des distances comprises entre  80 et 90km. On atteindra les 100km (env. 850mDV) après avoir été prendre notre repas à Roscoff.

     

    Pour le départ , Stéphane modifie la trace GPS pour rattraper une partie de ce qu’on a loupé hier soir. Déja quelques grimpettes sur le GR côtier. Le temps est mausade, il y a de la brume qui nous empêche de profiter des points de vue. On passera par l’étang du Curvic , pointe de Pontusval, les plages du Garo et Ludivic. Plus loin on montera sur les autour de goulven et sa grève. Pose repas au rond point de Plouescat au camion qui est installé là un bonne partie de l’année : des bons paninis et un tenancier très sympa, ça tombe bien , on y restera un bon moment car il pleut. Toujours très proche de la côte , on emprunte pas mal de sentiers parallèles à la route. Je pensais que ça serait pas l’étape la plus fun mais au final avec terrain varié et curiosités c’était plutôt cool. On finit à Santec près de la plage du Pouldu. Au camping, les vélos on besoin d’un petit lavage et beaucoup de vêtements sont trempés. Le soir, on prend les vélos pour aller manger à Roscoff dans un bon restaurant de cuisine traditionnelle.

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

    01 juin, Roscoff – Mesquéau (camping)

    Etape de base de 82km avec 800m de dénivelé mais pour moi et Stéphane on arrivera avec 90km et 1350m de dénivelé, Damien est pas loin de nous , il finira l’étape avec patrick pendant qu’on tente encore un GR pas facile. Patrick a besoin de souffler et termine avec 77km.

    On arrivera vite à Saint Paul de Léon avec la traversée du centre ville et un bon petit déjeuner à l’anglaise. On y traversera le parc de la Rive. Après 30km on arrive à Morlaix (avant l’ inondation) pour un beau parcours urbain avec découverte touristique et quelques belles grimpettes. Nous avons fait quelques crochets pour découvrir dolmens, roches, points de vue sur la mer et aujourd’hui il fait beau (là, on voit tout ce qu’on a loupé hier à cause de la brume). Là encore , les distances seront différentes pour chacun, c’est toujours Stéphane qui prend le plus de kilomètres grâce à une petite boucle supplémentaire pendant qu’on boit une bonne bière. Quelques GR et sentiers  côtier nous donnerons du fil a retordre avec portages , escaliers à répétition. La vallée de Pennelé et ses sentiers nous on valu quelques glissades, Deux grosses côtes, l’une sur route à Penzé et l’autre en chemin un peu gras pour quitter le côtier.

    2 juin, Mesqueau – Guerlesquin

    Si au départ l’étape était simple beaucoup sur route avec 41km mais avec le beau temps, au final on fera 48km avec 750m de dénivelé. On remplace beaucoup de  route par des sentiers  et GR bien sympa mais parfois pas facile à négocier avec la boue.

    Tout d’abord on retourne vers la côte pour revoir la mer. Patrick garde la trace d’origine et nous (Steph, Damien et moi ) on s’offre une boucle supplémentaire sur le Gr côtier. Un tronçon pas facile avec des portages et beau point vue. Pour le reste, on fait route commune en alternant liaison route et sentiers de GR un peu gras mais superbe. On finit avec le tour du lac de guerlesquin.

     
  • bat37 11 11 51 05515 le 19 May 2018 Permalien | Réponse
    Tags : découverte en Touraine, , , vtt découverte en Touraine, vtt indre et Loire pour l'été   

    Penser pour l’été au guide VTOPO VTT Indre-et-Loire pour découvrir la Touraine et Indre-et-Loire. 


    Guide VTT Indre-et-Loire

    A découvrir chez l‘éditeur VTOPO avec les traces GPS ou dans certains magasins de Touraine ou bonnes librairies.

    Une sélection des meilleures secteurs pour pratiquer le VTT en Indre-et-Loire est proposée dans le guide VTOPO Indre-et-Loire : on garde que le meilleure sur le guide. Des tracés entre 10 et 35km que l’on peut souvent associer pour plus de kilomètres. L’essentielle

     
  • bat37 11 11 14 05145 le 19 May 2018 Permalien | Réponse
    Tags : , , , ,   

    Petite session VTT typée enduro en forêt de Chinon (37). 


    Les dénivelés sont assez courts en forêt de Chinon, donc on opte le plus souvent pour des parcours tourmentés et lents avec quelques passages « trialisants » pas toujours facile à négocier. Les coups de cul montant sont de beaux challenges et là dessus c’est Bruno M. qui s’en tire le mieux : ils sont usant à la longue, il faut mieux avoir la condition.  Égalité pour les passages dans les trous, nos petites montagnes russes. Léger avantage pour moi sur les singles en descentes. En tout cas, toujours un plaisir une après midi en FDC.

     
  • bat37 20 08 30 05305 le 13 May 2018 Permalien | Réponse
    Tags : maxi-verte 2018, , singlar blou a la maxi verte 2018, ,   

    C. R Maxi verte 2018 en Corrèze 


    Une belle maxi verte en haute Corrèze sur les traces de l’espaces VTT.

    FILE0086.JPG

     

    Par Bruno Mériot

    La rando Maxi-Verte, c’est terminé pour nous. 3 jours, à suivre, de randonnées vtt nature. On ne fera pas le quatrième jour pour cause de pluie. Pas de chance car il nous a semblé qu’il ne pleuvait qu’au départ de la rando et surtout les jambes étaient là. Pas de baisse de forme durant ce séjour pour les plus costauds du groupe :  plus dur pour les plus anciens du groupe surtout après avoir passé l’étape de 100km.

    Météo nickel durant les 3 premiers jours. Nuageux le Jeudi pour le 70km, ensoleillée le Vendredi pour le 100km, nuageux le Samedi pour le 70km. Pluie pour le départ du dimanche.
    Nous étions 5 (Stéphane, Philippe, Bruno, Nicolas, et moi même plus un sixième Jean-Pierre qui complétait le logement pour 6 personnes).

    groupe (2)

     

    Les parcours proposés

    Les parcours sont assez roulants dans l’ensemble mais le dénivelé bien présent les rendent pas si facile. En tout cas,  jamais ennuyeux. De grands chemins forestiers et caillouteux, de grandes portions de routes somme toute. Beaucoup de route notamment sur l’étape du jeudi qui en plus n’avait pas de monotraces, ça peut déranger un peu les VTTistes plus joueurs.

    Des chemins et sentiers larges très propres et splendides au milieu de grands sapins magnifiques. Quelques monotraces aux bords de ruisseaux, de longues montées dont une qui piquera bien les quadris avec un cour portage à son début. Ceux qui ont fait le 100km sauront de quoi je parle…

    Une longue et belle descentes rapide en sous bois et une courte, bien technique sous le pont de l’ A89 ou il y a eu quelques belles gamelles pour ceux qui sont partis fort dans cette grosse ornière de plus en plus profonde ou les pédales finissent par ce bloquer lors du gros freinage et de enfoncement de fourche : soleil garanti !!! Tout ceci était sur la petite boucle de 10km du 100km.

    pont A89

    Il y avait beaucoup de Tourangeaux notamment d’Aventure RaidVTT37, les 1Team Bike, STMicroelectronics (gros ambianceur) et pleins d’autres non licenciés qu’on retrouve souvent sur les randos (Jean-Louis, Pascal, Damien V, Yannick, Damien T…).L’Indre et loire était en force.

    Nous étions logés et nourris via La Rando Limousine; des repas tous les midis et soirs, ils étaient copieux et la bonne ambiance était de mise. Petits apéros offert en soirée. Merci à tous les organisateurs et plus spécialement Jean-Marc, Gérard et Aline qui se sont démenés et dévoués pour qu’on passe un superbe séjour en Corrèze.

    Par Philippe Cousinet

    Cours résumés journées VTT à la maxi verte

    Jeudi 10 mai, 65km avec environ 1350m de dénivelé. Parcours plutôt facile hormis le dénivelé. Pas mal de section de route et grands chemins. Aucune section technique ou descente un peu engagé. On va dire que c’était un bon échauffement. Malgré tout agréable pour beaucoup , on découvre la verdoyante Corrèze.

     

    C’était le jour ou après le parcours, il fallait tester en supplément le parcours de XC nationale qui a eu lieu je crois la semaine précédentes sur ce même site de départ : là c’est pas la même histoire avec un parcours tourmenté et physique avec nombreux passages techniques, raidillons, épingles avec racines et petits sauts. On rajoute donc environ 4km ou 5km, 150m de dénivelé pour tourner et tester quelques sauts. Bon maintenant, il fallait mieux être affuté et aimer le technique pour ci engager.

    Vendredi 11 mai, 100km avec environ 2100m de dénivelé. Un parcours avec de belles sections de vrai VTT aussi bien en grimpettes,descentes ou plates. Le reste du parcours est complété par des sections de route  et grands chemins ou sentiers rapides. Quelques bonnes et longues côtes : l’une d’elle, après le ravito 4 commence pas un court portage pour tous je pense dans la terre et pierres ; il est suivi d’une montée raide de 240m de dénivelé ou les moins affutés poseront quelques pieds à terre. On est bien comptant d’arrivée au bout de cette étape!!! plus question de retourner faire le con sur le parcours XC.

    Samedi 12 mai, 70km avec environ 1500m de dénivelé (annoncé 1200m je crois). Un mixte de route et grands chemins , quelques beaux sentiers forestiers non techniques. Des beaux points de vue sur les tourbières , forêts, torrents et montagne d’Auvergne. Pas mal de  bonnes côtes, raidillons et descentes très rapides. C’était surtout et de loin la journée avec le plus de découvertes touristiques avec passages au moulins de Razel, le site gallo romains des Cars, le mont Bessou et son mirador. Également le village aux toits de chaumes de Varièras et l’impressionnant pont suspendu de l’A89. Les plus observateurs on pu voir la sources de la Corrèze ou autres fontaines, croix et propriétés. Dommage pour la grande descente final sur route mais là ce sont plus des histoires d’autorisation non obtenu qui en était la cause.

    Dimanche 13 mai, 55km, 1370m de dénivelé . Terrain humide après les pluies de la nuit et du matin. Celle ci à du s’arrêter assez rapidement mais on était pas là pour le voir car on était forfait sur cette étape et parti des le matin. Stéphane pourra nous donner des infos sur le parcours car il est le seul courageux du groupe : il semble être assez costaud d’après le graphique du dénivelé. La 1 team bike à pris le départ des l’arrêt de la pluie . Le terrain humide et gras mais le parcours bien sympa avec moins de route. Par contre, la température descendra à 1 degrés sur les sommets. Il fallait être courageux pour prendre le départ, d’ailleurs, il y avait pas grand monde sur le parcours.

    Par Stéphane notre warrior

    Je m’en serais voulu si je ne l’avais pas faite, j’ai eu des goutes pendant 1/4 d’heure au début et sec le reste du temps. 1er ravito à 12km environ, le k-way avait déjà séché, je l’ai enlevé et ne l’ai plus remis. J’avais un peu peur d’avoir froid dans les descentes et finalement ça été car elles n’étaient pas trop longues hormis les deux grosses descentes techniques dans le final qui elles m’ont données plutôt chaud. J’avais 11km au compteur la 1ére heure avec un profil montant et les jambes lourdes. Après c’était plus roulant 26km à la 2ème heure. En « altitude » le terrain était quasi sec avec parfois l’impression qu’il n’avait pas plu. Un peu de gras au fond des vallées mais bien moins que les pires portions des 3 jours d’avant. Un peu de gras également à la fin avec la fréquentation plus élevée avec le retour commun de tous les parcours. Peu de monde sur la grande boucle, apparemment 30 à 50 vététistes max et un dinosaure quand je suis passé au ravito 2 (un gars déguisé parmi les bénévoles). J’ai juste croisé David qui m’a doublé comme à chaque journée. Pas de poussage, la dernière grosse montée était bien conforme au profil annoncé, bien raide avec un bon grip, j’ai vu personne à pied, filles et garçons et là je dis bravo ! Comme dab ravito et accueil 10/10…

    Le repas festif du samedi soir avec ces 400 participants c’est bien passé avec les Singlar Blou en bouquet final.

    Malgré l’attente pour certains pour faire cuire la viande limousine du pour beaucoup au dernier installé au table qui n’ont pas joué le jeu et sont passés en douce avant les autres installés une demi heure avant. Tout les bénévoles se sont bien démenés pour rattraper le coup au mieux, l’équipes de jeunes étaient aussi au taqué et efficace pour le service, merci à eux.

    Petites péripéties vite oublié avec le concert de fou des singlar blou qui faisait suite au repas. Toujours au taqué le groupe du Limousin et son rock « agricole », rien de mieux pour animer une soirée. Il est plus de minuit quand on termine notre soirée.

     
    • Roland 18 06 00 05005 le 29 mai 2018 Permalien | Réponse

      Bonsoir !
      Chaque jour il y avait un homme et une femme qui prenaient des photos de tout le monde, ils étaient toujours bien placé.
      Quelqu’un aurait-il un lien vers un éventuel site avec leurs photos?
      Merci d’avance 🙂

      J'aime

    • Bruno M 12 12 09 05095 le 19 mai 2018 Permalien | Réponse

      Un grand merci encore jean-Marc pour l’organisation de ce magnifique séjour en Corrèze et à bientôt, très surement!

      J'aime

    • Jean-marc 20 08 40 05405 le 18 mai 2018 Permalien | Réponse

      Magnifique , le compte rendu..du grand art . Restitue bien l’ambiance, les paysages, la soirée festive . Bravo!

      J'aime

      • bat37 12 12 40 05405 le 19 mai 2018 Permalien | Réponse

        Oui, comme dit Bruno M , merci pour tous pour tout votre boulot pour la préparation et le déroulement de la maxi-verte tout en gérant le rando limousine. Au plaisir de vous revoir sur la rando Limousine ou vous serez tous moins au taqué.

        J'aime

  • bat37 19 07 16 04164 le 22 April 2018 Permalien | Réponse
    Tags : compte rendu randonnée, grand raid vtt Poitiers, , vienne   

    C.R raid du grand Poitiers 2018 à Smarves (86) 


    Un parcours de 110km sans grosse difficulté avec ce terrain très sec. Néanmoins une belle journée de VTT et une organisation correcte.

     

     Par Bruno Mériot

    Grand raid vtt de Poitiers avec Philippe Cousinet au départ de Smarves (86). On retrouve sur place Vincent Julienne, lui aussi inscrit sur le 110km ainsi que d’autres connaissances du 37 et du 86.
    Parcours très roulant voire très très roulant. 1100m de D+ qu’on ne voit pas passer tellement il y a de nombreuses portions roulantes.
    Quelques passages gras à signaler mais malgré cela le vélo arrivera assez propre.
    2 descentes techniques dont une bien raide au départ (fait sur le bike) et 2 montées impossibles (grosse marche). Quelques courts sentiers monotraces non techniques. Le dénivelé c’est accumulé en douceur.

    40km de plat, avec des pointes à près de 40km/h (vent dans le dos), après le ravito N°3 où nous avions droit à un repas. Merci à l’assistance mécanique SRB Bike pour le remplacement de mon câble de dérailleur arrière.

    Quelques belles propriètés, château et villages sur notre parcours
    Philippe suivra bien le rythme malgré ses 125km de l’avant veille. Il coincera juste et grognera même plusieurs fois à 3km de l’arrivée dans une belle montée rapide (pour moi LOL) puis dans un court raidar facile (pour moi LOL).
    110km pile, 1100m D+, 5h30 de roulage et 20km/h de moyenne.
    Heureusement que Bruno Sauvestre et Nicolas Bouet n’étaient pas là avec nous car cela aurait été plus proche des 23 ou 24km/h de moyenne et du coup plus du tout la même rando.
    15€ avec collation du départ (café+brioche+jus de fruit), 4 ravitos assez bien fournis, 1 repas au milieu du parcours et 1 bière à l’arrivée.
    Belle rando tout de même qu’on a bien apprécié du fait des bonnes conditions météo, du terrain et de la bonne organisation.

     

     
  • bat37 18 06 27 04274 le 19 April 2018 Permalien | Réponse
    Tags : belle rando VTT du mois d'avril, lot, roc Trépouzien 2018,   

    C. R du roc Trépouzien 2018 dans le lot. 


    Weekend vtt dans le Lot pour le roc trépouzien.

     

    Par Bruno Mériot
    On arrive le samedi après-midi à Caillac (46) avec Nicolas Bouet et on rejoint Morgan López et Mickael Damiens. Ils arrivent tout juste d’une balade vtt de 2h avec 35km et 800m de D+.
    Réveil 6h00 le dimanche matin et on file pour Trespoux-Rassiels à environ 15km de notre gîte, pour le 100km du Roc Trespouzien. On retrouve quelques membres de la 1 Team Bike dont David Le Guern. Départ groupé un peu avant 8h00.
    Les 10 premiers kilomètres sont d’un profil plutôt descendant. Quelques coups de cul et passage de pierriers. L’humidité de la nuit claire à rendue les pierres et les petites racines piégeuses. Morgan en fera les frais avec 2 chutes. Moi je suis bien à l’arrière de ce petit groupe et suis rapidement distancé. Km10 au bas d’une belle descente technique, je me retrouve avec un soucis de dérailleur avant (vivement le 1×12 et un 29″!).

    Merci à Vincent des Ecureuils de Marcheprime (33) de s’arrêter et de m’aider à réparer. 15minutes plus tard on repart, les autres ont filés et sont déjà loin. Longue montée (la première) et « re-problème » une fois en haut. Vincent s’arrête à nouveau et m’aide encore. Belles descentes et un beau single où la végétation est recouverte de mousse, puis très longue montée qui mène au ravito N°1 (18km et 550m D+). Les 20km suivants sont toujours aussi joueurs au début puis plus roulants jusqu’au ravito N°2.

    Etant seul j’en profite pour faire des photos et me faire un petit extra (grimpé d’une butte pour faire une courte descente raide et technique, c’est plus fort que moi). La troisième partie démarre dans la rocaille avec un beau challenge en montée (ça passera pour moi sous les yeux admiratifs de vététistes/pédestres avec des 29″, LOL). Pas mal de belles montées et de descentes dont une très longue avec des portions bien raides qui arrive au ravito N°3 au bord d’une route.

    S’en suivra 50m de route puis une montée très longue (3km et 200m D+) avec des S assez raides et des cailloux pas très stables. Dur dur celle là, surtout qu’elle nous mènera très proche du départ de la belle descente. Là je me raisonne afin de ne pas refaire la descente (trop kiffante) et surtout il y aurait à se refaire la montée… Je m’aperçois un peu tard que je n’ai pas rempli la gourde (quel con!).

    Bifurcation du 80 et du 100, au km 65, comme je suis seul depuis longtemps, j’hésite un peu et décide de prendre à gauche sur le 100km. La suite sera moins fun car au GPS, il faudra bien surveiller la trace, se méfier des cailloux coupants et des différentes traces afin de ne pas se tromper et être obligé de faire demi tour. Comme je roule tranquille ça se passera bien.

    Un coup de moins bien dans la garrigue et la caillasse et surtout dans la longue montée jusqu’au ravito N°4 (km80). J’y resterai 10 bonnes minutes afin de refaire le plein d’énergie. S’en suivra 15km de singles d’enfer à flanc de montagne et avec une vue magnifique sur les combes et les causses environnantes . De beaux coups de cul, des marches à descendre ou à monter, de courts pierriers et une très longue descente rapide se terminant par un long single slalomant entre les arbres. Tout simplement grandiose, extraordinaire, superbe,… en un mot TOPPISSIME.
    Passage d’un ruisseau et d’un champ sur 10 mètres ou je pourrirais le bike et les pieds alors que jusque là tout était nickel. Ravito N°5, il reste 6 km par un single puis une montée assez courte pour revenir au départ. J’arrive il est 17h45, avec 101km, 12.5km/h et 2700m D+. 30 min à réparer, 1 heure 30 entre les ravitos et les multiples pauses photos, cela donne environ 8h de roulage.


    Des paysages splendides. Des singles de partout. Des descentes techniques. Une belle organisation et de bons ravitos. Un temps idéal pour faire du vtt. Cela donne une superbe rando.
    On se refera même ce matin une balade matinale de 35km et 800m de D+ (avec seulement 3 côtes) et des descentes de malades, histoire de se dérouiller les jambes et de partir en ayant fait le plein de bonnes sensations. Merci Morgan, son oncle et sa tante pour leur hospitalité, merci Nico, merci Mickael pour ce beau weekend vtt que je ne suis pas prêt d’oublier.

     
  • bat37 20 08 40 04404 le 18 April 2018 Permalien | Réponse  

    CR rando VTT de Villandry (37) du 15 avril 2018. 


    Toujours agréable de rouler sur un bon rythme dans les petits bois autour de villandry et Savonnières, les vergers de Lignières-de-Touraine, les bords du Cher.

    Par Philippe Cousinet

    Ce matin on se retrouve avec Damien pour 8h00 à Villandry pour participer à la randonnée VTT des Châteaux, parcours 55km. Après un café on prend le départ vers 8h15.

    On longe un peu le Cher pour arriver rapidement au petit bois le long du château de Villandry : 1ère grimpette à froid, quelques uns ont du poser pieds  terre. On rejoint Savonnières pour une nouvelle grimpette. Sentier étroit à enchaîner avec le passage sur dalle en béton. Nouveau sentier semi urbain Puis une petite côte, on est chaud. Un Beau départ de rando avec les classiques du coin.

    Plus loin, des petits faux plats, moins de dénivelé. On passe par le bois en sentier en longeant l’autoroute pour sortir au niveau du dolmen sur le GR. Après la traversée du pont de l’autoroute, descente directe dans le bois puis on quitte le GR pour monter à droite en lisière de bois. C’est donc sur le premier tiers du parcours qu’on a eu le gros du dénivelé. Le rythme bon , on ne traine pas, le terrain est assez sec, roulant malgré quelques résidus de boue ici ou là. 1er ravito on discute pas mal et on repars plein pot.

    Direction Lignières-de-touraine, chemins de vergers roulants en faux plats, petits bois avec quelques bosses. Un peu de route ici ou là. On ralenti 10mn pour discuter avec un autre vététiste puis on file jusqu’au 2ème ravito près du château de la Chatonnière. On y fera une bonne pose, rien ne presse. Ils manquent rien sur les ravitos. Après avoir longé le château, on prend des faux plats en longeant des prairies avec chevaux. Les chemins  sont agréables. Suit 2 côtes sur Lignières, longues mais pas très raides : malgré tout on les sent dans les jambes avec notre bon rythme. Suit 4km roulant et plat sur route et chemins propres.

    La fin de parcours ne présente pas de difficulté, il est facile de maintenir un bon rythme. Essentiellement des grands chemins et du bord du cher pour les derniers kilomètres. On appuie fort jusqu’au bout sur les pédales.  On finit le parcours à 11h22, Damien à déja 68km car il venait de chez lui. Du coup et pour un fois je lui prenais de bons relais sur le parcours.

    On finit la rando avec une assiette du terroir bien sympa et un verre de vin. Nous n’avons pas eu de problème de balisage. C’est un parcours pas très dur pour des assidus du VTT mais il permet de faire une bonne moyenne et c’est assez sympa au final. Il y avait 560m de dénivelé sur le 55km donc près de 400 sur la 1ère moitié du parcours. Il y a eu autour de 200 participants essentiellement sur le 13 et 35km, on a doublé pas mal de familles.

    Comme Damien ,  les bons rouleurs peuvent rajouter quelques kilomètres en ce rendant à la randonnée en VTT. Pour moi, je compte rouler encore un peu cette après midi sur le parcours du Run Bike et Xc du club de Mettray.

     
  • bat37 21 09 02 04024 le 11 April 2018 Permalien | Réponse
    Tags : , , les 7 clochers, , ,   

    Vidéo de la rando VTT « Les 7 clochers » 2018 de Chinon (37) 


    920m de dénivelé pour 59km avec des paysages du Chinonais pour la randonnée des 7 clochers d’avril 2018. Le C. R en lien ici. Pas mal de beaux chemins assez roulants mais aussi des belles parties boisées pas trop compliquées mais ludiques. Également passage dans les sentiers de garrigue. Arrivée par le vignoble plein vent en face du château de Chinon pour finir. Clairement je préfère l’édition coté sud.

     
  • bat37 17 05 05 04054 le 8 April 2018 Permalien | Réponse
    Tags : La selle qui fume, , ,   

    C. R de la rando « La selle qui fume » 2018 à Parçay-sur-Vienne (37), toujours au top. 


    Rando de La Selle qui Fume à Parcay sur Vienne pour le 65km. Sur place vers 7h30 en attendant Nicolas bouet, Bruno Sauvestre, Frederic Laujais  et Damien. 5 Euros (seulement) l’inscription avec 1 fouée et une boisson à l’arrivée.
    Départ tous ensemble vers 8h15. 7km de plat avec 3 courts singles tout aussi plats et fraichement débroussaillés. On quitte les bords de Vienne pour rejoindre le coteau avec la première belle montée. Une fois en haut le premier single d’une très longue série. Superbe single descendant puis 1 autre montant et pleins d’autres tous superbes et presque pas gras nous mènent au premier ravito. 17km au compteur et 19km/h de moyenne.

    On se retrouve avec David Le Guern et ses 2 amis (un 1 Team bike et un Ecureuil). Il fait chaud, trop chaud, on enlève tous 1 couche de vêtement puis on repart tambour battant. Toujours dans les bois puis de longues descentes et montées à travers champs du côté de Chezelle. Nico et l’ours donnant le rythme, on arrive assez rapidement au deuxième ravito (26km au compteur).

    S’en suit une longue montée par la route puis pas mal de bois et toujours des singles. Sortis des bois quelques passages bosselés à travers champs puis une très longue descente rapide ou je me fais semer par mes camarades (pas moyen de passer mon grand plateau et étant en 26″ je ne peux suivre). Le reste, environ 5km est plat, avec un superbe passage privé autour d’un petit étang. L’arrivée est là, il est 11h00, on a 47km, environ 520m D+ et près de 20km/h de moyenne. Rando finie!!! Et bien non.

    C’est tellement bon que j’en redemande et repars (seul, merci les amis!). Je reprends directement par la route pour aller chercher les singles. Remonte la longue côte pour y accéder puis là c’est reparti pour une belle « singles party »!!! Je me les refais quasiment tous et tournicote un peu afin d’aller chercher les suivants en zappant les portions roulantes. J’espère retrouver, sait-on jamais, à tout hasard, Vincent Julienne qui lui aussi devait se refaire quelques traces…J’en profite même pour ajouter un single que je qualifierais de : « MAGNIFIQUE ». Ce dernier était réservé au traileurs de la veille. Dommage les copains car c’était un vrai billard (rarement vu d’aussi propre et vraiment sympa à rouler dessus). Je termine par celui de « La Cave à Nico » et décide de rentrer. Je suis le parcours 30km et décide brutalement de prendre un chemin sur la gauche. Ce dernier se termine en bas d’un champs… Zut plus de chemin! Pas le choix, faut monter donc je file tout droit et décide de grimper 400m à travers champs pour rejoindre un chemin herbeux et un hameau. Je rentre par la route et reviens à l’arrivée avec 65km et près de 800m D+. La moyenne à chuté à 17km/h. Je discute avec Thierry Billeux, et plus longuement avec Anthony Villeret, m’envoie une bière et m’empiffre de 3 fouées. Je repars heureux vers 13h30. 280 vététistes et 70 traileurs tout de même. Merci Le Braquet Parcayais pour cette très belle rando, bien organisée, bien fléchée et bien ravitaillée (trop bon le boudin noir). Le tout dans la bonne humeur et par une météo parfaite.

     
  • bat37 15 03 26 04264 le 8 April 2018 Permalien | Réponse
    Tags : 7 clochers, , , , , ,   

    Bien sympa la rando VTT 2018 « les 7 clochers » de Chinon (37). Cette année coté Sud, on adore. 


    Ce matin rendez vous à 8h00 avec Damien et Patrick à Chinon pour la rando des 7 Clochers. On s’inscrit sur le 59km. Le départ est pas très compliqué et plutôt plat sur deux trois kilomètres. La suite sur 13km n’est pas très compliquée essentiellement sur grands chemins. Une seule et longue côte en forêt sur cette partie de la randonnée et deux ou trois courts faux plats.  On est pas trop fatigué au 1er ravito

    La rando se complique et devient beaucoup plus attractive à partir de l’abbaye de Seuilly. D’ailleurs à ça sorti, on attaque en directe le coteau : bien  raide mais assez roulant au début puis de l’herbeux haute et humide pour finir.

    Sans être technique, on est maintenant sur du vrai VTT avec alternance de chemins plus engagés, sentiers forestiers. Courts passages ludiques en descentes avec la terre pas tout à fait sèche ou il faut rester attentif. Les dénivelés reviennent beaucoup souvent, parfois pas trop dur sur route, d’autres fois en forêt avec un peu de gras mais rien de bien gênant, ça a bien séché. L’éclairage est bon, on  peut apprécier les monuments et châteaux croisés sur notre route.

    Avec Damien , on se rajoute une 1er boucle courte pour faire une belle côte supplémentaire pour laisser respirer Patrick qui roule ma fois pas trop mal. La deuxième beaucoup plus longue nous fera perdre du temps et du jus car le chemin choisi est long et pas mal défoncé avec pas mal de pierres de remblais. On arrive néanmoins un peu au pif en bas de la côte déjà faite : on a du faire 5km pas facile en plus cette fois. Du coup, Patrick a pris les devant, on ne reverra qu’à l’arrivée.

    On arrive au deuxième ravito avec 7km de plus au compteur et on est bien content de le trouver car on a pas amusé le terrain. Il devait être au km 35 sur le parcours normal. La suite du parcours est toujours attrayant, toujours pas mal de dénivelé ; on alterne pas mal de sentiers forestiers, plaine et chemins parfois herbeux. Le tracé est bien fait on ne s’ennuie pas.

    Au 3ème ravito, on prend le temps de bien se ravitailler , on y a pas retrouvé Patrick qui est déjà reparti. Encore pas mal de beaux passages forestiers et des bons dénivelés variés  parfois sur route. On traverse la zone de garrigue avec le beau single habituel que j’ai filmé en caméra embarquée. Ici, petit problème de balisage, car on retombe une nouvelle fois sur le départ du single que l’on s’empresse de refaire s’en réfléchir. On finit par retrouver notre route grâce à un gars de l’organisation.

    On est  bien lancé, on zappe le 4ème   et dernier ravito. Encore une bonne côte sur route puis rapidement on rattrape les bords de Vienne avec petit vent de face : merci Damien pour ta bonne roue dans ce cas là. Reste une petite boucle du coté de Beaumont-en-Véron, encore quelques côtes, ça monte beaucoup moins vite, on commence à être calmé. Je relance un peu quand c’est pas trop dur pour reposer Damien. On trouve des VTTistes à l’arrêt sur des courts raidillons, eux , ils sont vraiment cuit. On finit par le grand faux plat sur le chemin herbeux face au château de Chinon, dur, dur avec le vent face. On descend la rue de l’écho , arrêt obligatoire pour tester l’écho, Damien ne connaissait pas. Il reste la traversée de Chinon en ruelles avec descente du GR en lacets et  pavés. Traversée de la Vienne pour retrouver l’arrivée. On a près de 1000m de dénivelé et 67km au compteur. Il y a plus grand monde qu’en on arrive, cool pour laver les vélos ; Après un bon ravito et un verre de rosé on rentre sur Tours. Patrick a sur ses GPS 925 et 950m de dénivelé pour 60km, le parcours normal.

    Belle édition 2018, passé les 13 1er kilomètres roulant, on a eu droit à un beau parcours varié avec dénivelé. Seul bémol, peut être pas une affluence record avec la multitude de randonnées organisées dans le secteurs ce week-end.

     

     
  • bat37 13 01 26 04264 le 8 April 2018 Permalien | Réponse
    Tags : , , , , , , vtt Huismes   

    C. R rando « La huismoise 2018 » à Huismes (37), belle édition. 


    5 Euros (seulement) pour une très belle rando, bien organisée, avec 1 sandwich et 1 boisson à l’arrivée.

    Beaucoup de connaissances sur le parking et au stade de foot (lieu des départs).
    On démarre vers 8h, on est 3, avec Nico (gastro, lol) et Bruno (l’ours).
    Sur les bons conseils de Sebastien Georget (VRP) on part sur la boucle 1 direction Rigny Ussé. Boucle très sympa faite sur un bon rythme jusqu’à la première grosse patate. Longue montée plus ou moins propre le long de la vieille église Notre Dame. Elle va en calmer plus d’un celle là se dit-on en ayant réussit à la gravir. Descente par la route puis très longue montée sur les hauts de Rigny puis descente par le chemin Du Peu (mieux vaut le descendre celui-là). Un peu de plat puis la montée du Peuil; Montée pas très dure en temps normal sauf que là c’est gras, humide et plein de cailloux. Ça passera les 2 fois. Re descente et re montée pour rejoindre le départ. 20km et 400m pour cette boucle.
    Boucle technique 4 « La Vallée de l’Enfer » de 20km et 500m à suivre. On est surtout venu pour celle là.
    Il s’agit en fait de 3 zones techniques bien distinctes, en forêt et le long du coteau.
    Première zone la plus dure avec quelques raidillons et 2 courts poussages de vélo. De belles descentes pas trop hard et un terrain nickel.
    Deuxième zone joueuse et pas dure mais avec un gros travail de tracé. Troisième zone assez courte et très joueuse. Le tout entrecoupé de longue descentes et de grosses/longues montées communes à plusieurs parcours.
    Boucle 2 « La Forestière » (20km et 250m). Boucle assez roulante et propre sur de grands chemins forestiers. Boucle sympa que je ferais en grande partie seul car les autres « mobylettes » ayant décidé d’accélérer.
    J’arrive vers 12h15, on décide de zapper la boucle 3 (15km balade) et de se refaire la 4 technique (trop bonne celle là).
    On repart donc nous 3 et avec Damien (un local qui à fait le trail 20km la veille). Je guide tout le monde afin de ne faire que les 3 zones intéressantes et de les enchainer. Tout se fera sur le vélo sauf les 2 raidillons quasiment impossibles malgré un peu de nettoyage.
    Sur les conseils de Damien on se fera même un super single descendant qui n’était pas prévu sur la rando. Cela nous obligera de-facto à remonter le coteau pour redescendre vers l’arrivé.
    il est 13h00 quand on termine. 73km et 1200m D+ au final. pas mal pour une rando Tourangelle!
    Le terrain dans l’ensemble était sec car on a très peu salit le vélos. Les 5°C du matin ont laissés place à un bon 15°C vers midi.
    Un peu plus de 400 vététistes/marcheurs et environ 40 traileurs le Samedi.
    Merci les amis VRP pour tous vos efforts (fléchage, tracé, ravito, etc…) et votre gentillesse.

     
  • bat37 13 01 27 02272 le 11 February 2018 Permalien | Réponse
    Tags : , , , randonnée vtt 2018, ,   

    Les prochaines randonnées 2018 pour le départ. 37 et autres sorties plus lointaines. 


     

     

    Des belles randonnées à venir à cocher sur vos calendriers. Quelques comptes rendus des éditions 2017 qui ne préfigurent pas toujours des éditions à venir.

    C. R St Avertinoise 2017 en Indre et Loire

    C. R Transbrac 2017 en Charente

    Vidéos Transbrac Charente

    C. R boucle Longéennes à Blou Maine-et-Loire

    C. R de la Huismoise 2017 en Indre et Loire

    C. R Jean racine JR  2017 en Vallée de chevreuse

    C. R Pente et côte de Bourgueil en Indre et Loire

    C. R la selle qui fume à Parçay-sur-Vienne en indre et loire

    C . R Rando de la garenne en vendée

    C. R tivolienne à Clisson en Loire Atlantique

     

     

     

     

     

     

     

     
  • bat37 19 07 51 02512 le 6 February 2018 Permalien | Réponse
    Tags : 10ème édition, , , , l'hivernal, Larchant, ,   

    C. R de la 10ème « randuro » VTT « l’hivernale » de Larchant (77), c’était le 04 fév. 2018 et on s’en souviendra !!! 


    Pour la 10ème et notre 1er participation on a pris cher. Il semble que se soit l’édition la plus boueuse. Pour nous, un départ vers 9h10 après déja de nombreux départs. La pluie s’étant arrêté par miracle, la boue commençait à sécher. Certains secteurs, notamment le beau passage entre les roches un peu avant le 1er ravito étaient impraticable : on y voyait que des traces de pas et nos transmissions se bloquées à la moindre sollicitation. 200 forfaits et peu iront jusqu’au  bout du parcours.

    Compte rendu de Bruno Mériot 

    Les départs sont données toutes les minutes par groupe de 4 ou 5, nous avons choisi la tranche horaire de 9h00.

    Quelques centaines de mètres sur une route puis un large chemin et direct on rentre dans la forêt par un single (on ne la quittera plus jusqu’à la fin). De suite ça monte légèrement et ça glisse. Puis quelques bosses à passer. Un court raidillon descendant avec pierres et racines et un second plus raide avec une marche. Pas évident d’y aller comme ça à froid et sans rythme. On se rend vite compte que le terrain est bien gras voire très gras et que cette rando va être galère si ça continue ainsi.
    Montée glissante puis passage au-dessus d’une carrière de sable. On arrive à un single technique sur crête puis quelques gars arrêtés à l’entrée d’un bois. Tiens y a quelque chose qui bloque! En s’approchant on comprend pourquoi. D’entrée ça descend raide en dévers et ça vire à droite puis à gauche, puis à droite et ainsi de suite jusqu’en bas.
    Des virages en épingles et en dévers dans une pente raide et le tout dans une boue glissante et collante. En gros une piste de DH de la mort…
    Perso. je ne vois pas comment on peut descendre ça dans ces conditions. Peut-être sur le sec et encore je pense que là j’atteins mes limites sur ce genre de pente.
    S’en suit un long, très long single avec beaucoup de portage ou poussage ou glissage de vélo tellement le sol est gras. A certains moments mêmes j’en suis dégouté et perd ma motivation quand la transmission se bloque sur les cours raidillons.
    Heureusement Philippe me remotive et on continue la galère.
    Heureusement également il y aura la descente « Aïe aïe aïe ». Longue descente raide dans le sable, genre la rando des Ajoncs il y a 15 jours.
    Philippe descendra ça sans sourciller et rapidement malgré un beau chassé de la roue arrière. Moi ce sera plus en douceur et en maitrise (dira-t-on…). Juste avant le 1er ravito on a un gincana entre les roches avec très très courts raidillons et descentes, sur le sec, ça doit être marrant mais là, plus moyen de rouler. On y trouve quasiment que des traces de pas un peu comme si des chevaux étaient passés ici et la boue est en train de sécher. Ajouter à la transmission qui fonctionne mal pour beaucoup, dur, dur.
    Premier ravito au bout d’environ 17km. Peu de montées longues et/ou raides mais beaucoup de raidillons courts donc assez peu de D+ pour cette première partie. Après s’être ravitaillé, on lave un peu la transmission dans des  flaques d’eau glacées. 
    S’en suivra une portion toujours en forêt avec une belle montée entre les rochers. Le sol est humide mais pas gras et l’accroche est bonne, sauf que nos transmissions nous font toujours défaut quand il faut appuyer fort. La chaine se bloque.
    Une belle descente technique au milieu des cailloux puis ensuite ce sera environ 7 à 8 km de plat, toujours en forêt, pour rejoindre une autre zone technique. C’est le seul moment ou on pourrait remonter la moyenne mais prudent, on en garde sous la pédale. 
    Après cela, pas mal de montées et toujours des descentes techniques aussitôt à suivre. Je fais la différence dans les montées, j’attends Philippe au sommet puis il fait la descente en tête et me laisse galérer derrière. Je le perds un moment et tente de suivre 2 gusses qui descendent très fort dans le technique. On enfile une première descente très raide au milieu de cailloux et racines et comme ils passent devant moi je les suis sans trop hésiter.
    Si tel n’avait pas été le cas je ne sais pas vraiment si je me serais lancé seul et de cette façon dans cette pente… Enfin bref on arrive ensuite à un deuxième endroit et je les vois rapidement disparaître alors qu’un gars est hésitant à y aller.
    Le gars s’engage à pieds et du coup me bloque. Arrêté au bord du précipice, ça fout les chocottes. Une marche verticale d’environ 80cm dans le sable puis une partie raide sur la droite et un virage à gauche.Une fois en bas il y a le second ravito. Je remonte pour attendre et voir Philippe dans cette descente hard. Je le vois en haut, il arrive et je lui hurle que ça passe (sympa le gars il ne l’a pas faite et il dis que ça passe. Lol).
    Philippe, sans hésitation, se jette, passe la marche le cul bien en arrière et enchaine à la perfection le virage.

    On est au km 35 au 2ème ravito et il reste environ 10 km nous annonce-t-on. 
    On repart. Philippe et devant dans un single. On passe quelques marches, racines et pierres, puis je l’entend hurler « Yaouhhh c’est chaud !!! ». Bin oui c’est chaud il a passé un raidillon avec 2 marches, creux à la réception, au milieu de racines et entre les cailloux!
    Je descendrais également mais on posant un pied pour assurer le coup.
    Le reste de la rando est beaucoup plus agréable. Le terrain est mieux quelques fois malgré quelques poussages obligés de vélo.
    Je monte le plus souvent sur le vélo des trucs où les autres sont à pieds (ça fait plaisir d’avoir les jambes dans ces conditions-là).
    On retrouve des passages dans le style du début avec beaucoup de gincana entre les roches mais propre. Là, ça change tout d’autant que la  transmission a fini par ce nettoyer, plus de problème de ce coté là. On a aussi enlevé la terre sur les pneus pour retrouver notre section 2.10 : il y a des moments ou on a roulé en 2.40 car on alternait sable, boue plus ou moins sèche sur les pneus.
    Philippe s’arrache et passe certaines fois au mental mais souvent bloque avant le sommet, plus trop de jus le garçon.
    Puis arrive une descente technique entre de gros cailloux. Il bloque la roue avant et passe par-dessus le vélo en gueulant « Merde la crampe!». Au tas l’Phiphi!
    Il se relève et repart après une courte pause puis BING re-gamelle un peu plus loin et re-crampe. Il est temps que ça finisse pour lui sinon y va pas rentré entier!
    On ne le sait pas mais encore quelques montées et descentes sympas seront de la partie avant d’arriver à un court MUR en descente. Le soucis n’est pas le fait qu’il soit raide mais surtout le fait qu’il soit en dévers, avec virage à l’équerre en bas ; recouvert d’une boue lisse et glissante comme du verglas et si on loupe la réception ou le virage à droite, c’est direct dans un ravin d’environ 7 à 8 m de haut dans la végétation et les rochers.
    On est donc resté bloqué en haut et comme on était un peu entamé et encore un peu lucide, on a préféré descendre les vélo à la main. Enfin la descente ne fut pas si simple car le vélo dans une main la corde de survit dans l’autre sur une pente savonnée, ça donne lieu à quelques poses forcées.
    Peu après nous fumes tout heureux de voir qu’au bout d’un chemin et de la forêt, il y avait… LE PARKING !!!!
    GROS OUF de soulagement on a fini cette rando de malades.
    Les vélos ont soufferts, surtout la transmission, les bonhommes également. Surtout Philippe. N’est-ce pas Phiphi ?
    Moi perso j’ai hyper galéré dans les descentes grasses et glissantes. J’AIME PAS LES DESCENTES GRASSES ET GLISSANTES!!!!
    Sinon les montées, j’en aurais bien avalé encore quelques-unes.

                                                            Là, on avait nettoyé nos roues quelques kilomètres avant pour retrouver notre section de pneu 2.10
    Voilà! C’était somme toute une SUPERBE rando, malgré les conditions extrêmes de terrain. L’une des plus joueuse et fun que j’ai pu faire.
    Les paysages sont superbes. De belles forêts avec du relief et pleins de gros rochers.
    C’est un mélange entre les paysages et les traces de La Granit Montana et La Gamelle Trophy et le technique des Bushmaines et de La Garenne.
    Par contre techniquement faut être assez bon voire très bon et physiquement avoir les jambes sinon c’est retour au départ rapidement car j’imagine qu’a cette époque de l’année rare on du être les éditions sur terrain absolument sec.

    En effet, beaucoup de vététistes ont abandonné ou ne sont pas venus (env. 200) pour cette édition 2018 aux vues des conditions. Je ne veux pas dire de bêtises mais il semblerait qu’on soit environ 50 à avoir fait le 45km du cru 2018 (env. 1150m D).
    Et je peux me vanter de dire « J’y étais pour la dixième de l’hivernale! ». Bon j’en connais aussi 2 autres, Philippe Cousinet et David Le Guern. Bravo les gars!
    Sinon c’est à refaire sans hésitations, pour faire découvrir cette rando aux copains et aux autres qui le veulent bien. Car ce qui est sûr c’est qu’il faut être bien entrainé physiquement et techniquement et être au courant de ce qui vous attend une fois sur place. Sachant cela, c’est UN GRAND BONHEUR!
    A se la refaire aussi absolument mais sur terrain sec afin d’apprécier encore plus.

    Sinon , organisation et balisage parfait (on avait le temps de voir les panneaux vu la moyenne de roulage de 10km/h, lol). Ravitos très correctes avec riz au lait et autres petites gâteries délicieuses. A l’arrivée, soupe, sandwich et vin chaud bien mérité. On nous remet également la grosse médaille en bois de la 10ème édition.

     

     

     

     
    • FrançoiseWeb 17 05 56 02562 le 7 février 2018 Permalien | Réponse

      Très beau compte rendu de randonnée de la part de Monsieur Bruno !! C’est évidemment du vécu de l’intérieur … Allez les gars, on y croit !!

      J'aime

  • bat37 20 08 45 01451 le 23 January 2018 Permalien | Réponse
    Tags : rando des ajoncs, ronce-les-bains, single track sableux, ust tremblade, vtt sable   

    Randos des ajoncs à La Tremblade (17), du sable et des singles accessible une fois par an. C’était le 21 janv. 2018 


    Temps maussade et doux pour cette rando éphémère. Des singles tracks rapides avec une excellente adhérence quand le sol est humide comme aujourd’hui. Des grosses glisses dans les descentes raides et très sableuses, que du bonheur.

    Par Philippe Cousinet

    Dimanche 21 janvier 2018, on part de Tours à 5h00 du matin avec Bruno et Damien. Direction Ronce-les-bains pour participer à « la rando des ajoncs » organisée par UST Tremblade. Pas mal d’averses sur la route mais en arrivant sur place vers 8h00 pas de pluie malgré la grisaille. Il fait doux, la rando s’annonce bien.

    Les ravitos étant au départ, on peut déja grignoter et prendre un café avant le départ. Conseillé par un organisateur, on ne part pas sur la boucle Nord en 1er car la partie sur la plage à marée haute sera une galère : beaucoup l’on fait et on effectivement galéré avec pas mal de marche à pieds dans le sable mou.

    On commence par la boucle Est de 15km, il doit bien être 8h20, après quelques sentiers, on est rapidement dans les singles : on s’aperçoit vite que l’adhérence est excellente sur ce sable humide.  On trouvera 4 challenges en descente sur des pentes de sable mou ou là,  il est pas toujours facile de tenir le cap : certain préfère assurer à pieds. Il y a quelques côtes pas très raides et roulantes en générale ; une ou deux avec plus de sable provoque quelques pieds à terre. On fini fort la fin de la boucle sur de longs singles tracks ludiques mais pas très techniques, excellent.

    Après une pose ravito , on part sur la boucle GPS de 25km. Celle-ci est annoncé plus dur surtout en ce qui concerne le dénivelé. Elle sera très varié avec quelques sentiers larges et toujours quelques singles tracks de temps en temps, quelques sections sableuses ou il faut pédaler fort. Parfois on cale dans le sable et c’est très dur de repartir, alors on marche un peu : ça dur pas très longtemps.  Bien sur, quelques descentes raides et sableuses ou on se bat pour ne pas se mettre en travers et finir avec une gamelle : on en a vu quand même pas mal. On est souvent sur le circuit balisé n°4 (le seul autorisé dans ce secteur hors randonnée des ajoncs). Effectivement le dénivelé s’accumule et commence à faire mal aux pattes, c’est clairement la boucle la plus dur. J’ai encore de quoi faire une petite vidéo tourner sur cette boucle, elle est à suivre.

    On finit la boucle de 25km et on est bien content d’arriver au ravitaillement pour refaire le plein. On part maintenant sur la dernier boucle de 17km (boucle Nord). On se retrouve quasiment tout seul pour découvrir des kilomètres de singles tracks, dommage que Damien et moi on a pas la caisse de Bruno car sinon ça aurait envoyé du bois. Néanmoins on roule au max, heureusement qu’il y a moins de dénivelé sur cette boucle. les quelques courtes relances en côtes me font mal et je prend un peu de retard. En tout cas, on s’éclate sur cette boucle, on mène le train à tour de rôle avec des cadences légèrement différentes. La 1ère partie des singles et légèrement plus techniques alors c’est Bruno ou moi qui somme devant. En deuxième moitié du parcours Damien prend un bon relais sur des singles moins techniques et rapides : boufff, dur à suivre, si il y a une côte de la mort, je cale.

    Heureusement, on fait une pose en arrivant au 1er accès sur la plage. on prend quelques photos, on tourne sur le sable. On fait vite demi tour, ça commence à s’enfoncer. Je repars devant pour freiner un peu Damien et Bruno, encore du single….

    On retombe sur la plage, la trace part sur la gauche mais beaucoup on tentait la descente directe. Il faut qu’on essaye, beaucoup de sable bien mou, ça va être sport. Je passe le 1er, ça part dans tout les sens mais ça file jusqu’en bas. Damien passe également un poil moins vite. Bruno qui nous filmer enchaîne derrière nous, ça passe aussi facile.

    Sur la plage on dirait des gosses, au départ seul Bruno arrive à rouler car ça s’enfonce grave. Plus loin, on finit par rouler également en s’approchant de la plage. On fait une petite pointe : je ne peux pu suivre !!!

    Heureusement il s’arrête pour filmer, on roule un peu dans les vaguelettes. On relance, il reste une bonne longueur sur la plage. La sortie ce fait en portage, on s’enfonce trop avec nos petits pneus : il y a bien 3 à 400m de portage. Au bout, c’est l’arrivée, on en a assez et on doit rentrer sur Tours.

    Mais avant petit ravitaillement, un verre de pineau des Charente. Après on passe au stand des huitres, comme on est dans les derniers, on peut en reprendre un peu. On va se change puis on reviens sur le départ en voiture , il y a de la place auprès maintenant (beaucoup on fait 1 ou 2 boucles est son déja parti). il y a un camion frites sandwich comme en été. On mange avant de partir enchanté de notre déplacement. Belle organisation et gros bol d’air pour nous les Tourangeaux.

    Liens vers les photos des organisateurs de cette édition

     

     

     
  • bat37 18 06 34 01341 le 14 January 2018 Permalien | Réponse
    Tags : boue, les dauphins, , randonnée veigné;, ,   

    De la glisse pour la rando VTT des Dauphins de Veigné (37), encore pas mal de boue, c’était le 14 janv. 2018 


    Belles réussite pour la rando 2018 qui a fait le plein de marcheurs avec aussi pas mal de courageux VTTistes présents .

    Ce matin on part à 4, ( Damien, Eric, Pascal et moi) , Départ assez tranquille, ça papote mécanique, les prochaines sorties 2018 etc… Deuxième partie de rando beaucoup plus rapide avec pas mal d’efforts en traversant les sections boueuses et en montant les côtes sur un bon rythme.

    Le parcours de 45km était très sympa avec les classiques du secteurs, les sentiers et singles habituellement gras non pas failli à la règle.  Beaucoup de glisses notamment pour ceux qui comme moi on gardait leurs pneus cross country un peu usés (et même pour ceux bien cramponnés) : pas en confiance sur les passages boueux, le vélo partait dans tout les sens. Un plantage dans la boue et un tête à queue mais pas de gamelle pour moi. Pascal a baptisé son nouveau vélo avec une gamelle dans un virage en bas d’une descente. Eric fera de même en voulant dépasser Damien qui a changé de trajectoire à ce moment là. Des gamelles, on en a vu pas mal au fil des dépassements, je pense rien de bien méchant.

    Le parcours était plaisant sans longueur : les quel