La mauvaise nouvelle du matin c’est qu’il pleut, la bonne pour les organisateurs c’est que l’on est 355 à s’être déplacé quand même pour la randonnée. Heureusement la pluie est fine et peu de  zones seront vraiment boueuses. Quand même quelques glisses possibles sur les sentiers rapides avec les pneus d’été.

C.R par Bruno M.avec Bruno (l’ours) et Nico B., les costauds.

Ce matin c’était rando de La Deval’verte à Langeais. Arrivés sur place vers 7h15 avec Nico. On se prépare, on retrouve l’ours et on va pour s’inscrire. C’est le déluge!!! Il pleut des chiens et des chats (dicton Anglais). On hésite, Nico veut abandonner. On poireaute une bonne demi heure avant de se décider à s’inscrire. Philippe, Damien, et plein d’autres arrivent. OK on y va.
Départ « peinard » vers 8h30, on est gelé à avoir attendu aussi longtemps. Première cote sur le bitume et c’est parti à donfe. Bien sûr l’ours prends les devants et donne le ton. Nico et moi on suit, les autres sont déjà largués. On ne les reverra qu’à l’arrivée.
Cette année c’est autour de Mazières de Touraine et au nord de Saint Mars La pile que tout se passera.Il pleut tout le temps ou presque. On en a plein les lunettes, ce sera ça le plus pénible car les chemins sont propres, humides et les quelques portions très grasses sont facilement évitables.
Premier ravito au bout de 10km aux Mortiers des Lavoirs. On le zappe car trop proche et on ne veut pas faiblir (réduire la moyenne).
On arrive rapidement au ravito N°2. La moyenne est de 23km/h, toujours emmené par Bruno (l’ours, l’autre Bruno). Bon ravito bien garni. On s’y arrêtera 5 bonnes minutes puis on filera peu après à droite direction le 57 et 65km, direction la Brosserie, Le Geay. C’est là que le dénivelé va se faire plus important avec quelques belles montées successives et descentes rapides à suivre.
La plus costaude des montées et celle dite « impossible » dans la vallée de Racault.
Je passe devant suivi de mes 2 acolytes. J’y voit pas grand chose car les lunettes sont pleines de boue. Je prend bien à droite, les marches sont sur la gauches, je dose la puissance pour ne pas perdre l’adhérence à l’arrière et monte facile. Oui « facile » les gars car c’est mon résumé et j’ajouterais que les 2 autres derrière moi ont calé. Lol, là je me moque un peu car c’est toujours mon résumé. Une fois en haut tout le monde repart tranquillement… à fond comme d’hab.!
On repassera une deuxième fois au ravito N°2. Une courte pause pour ne pas refroidir et discuter un peu quand même.
Au bout ce sera à gauche cette fois ci, pour le retour. On repart fort car la moyenne a chuté à 22.5km/h (lol). Comme on récupère les distances plus faibles, plus de monde est passé et les chemins sont plus glissants voire même bien gras à certains endroits. Il faut également doubler plus de vététistes. Chaud devant ça pousse derrière! Il n’y a alors pratiquement plus de dénivelé. On repasse devant le ravito N°1 et on ne s’arrête toujours pas (désolé les gars). Je fais juste une halte Sopalin afin de nettoyer les lunettes car il pleut toujours un peu.
On arrive vite au dessus de l’autoroute puis on descend le chemin de la Brizasserie qui est bien bien gras (comme bien souvent). On passe le ruisseau puis on attaque le montée de La  célèbre Doucinière. Bruno et Nico sont devant et n’avancent pas trop car ils glissent du pneu arrière. Hé les gars laissez moi passer car vous me ralentissez trop! Je passe à gauche, j’ai du grip. Mon Maxxis Larsen est au top dans ce genre de terrain. La montée se fera sans perte d’adhérence, un truc de fou!
On se regroupe sur le chemin en falun. On se fait doubler par les vtt électrique (gars du 41 qu’on voit souvent sur les randos) alors on accélère encore et on suit le rythme. On a également 2 KBT en point de mire avant la montée du château d’eau. Comme il reste à peine 1 km on grimpe aussi vite qu’on l’on peut et on les gratte avant le sommet. S’en suit la descente Du Frou. On est ralenti par les vtt électrique. On est arrivé!!!
Il est 11h20, 65 km, 550m D+ et 23km/h de moyenne. On restera jusqu’à 12h45 car on discutera beaucoup avec toutes les connaissances qui arriveront au fur et à mesure.
Philippe, Damien et Eric arrivent vers 12H30. ils auront également fait le 65km.
Belle randonnée bien organisée. Bon ravitaillements. Chemins bien nettoyés et préparés par Les Sentiers Langeaisiens. Merci à eux pour le travail accompli car je sais qu’il y en a eu beaucoup aux vues de la qualité des chemins.
Bruno Mériot

2ème C.R.

C.R sur un rythme plus cool par Philippe (Bat37) au départ avec Damien, Eric, Jacques, Patrick et Yannick.
On part 5mn après les costauds et d’entrée on attaque cool, lol. Pour ma part, j’ai déja passé  3h30 hier après midi en forêt de Chinon et je compte remonte à Tours a l’issu de la rando, donc hors de question de partir avec les furieux et de toute façon j’aurais vite sauté avec leurs démarrages foudroyants.
Pour le départ on a droit a des chemins roulants et courtes portions de route avec des petits faux plats pour s’échauffer. Jacques a du mal à suivre, il roule peu et même si on roule au départ en balade, on se rend pas trop compte mais on ralenti peu dans les côtes, Patrick suit bien et Yannick est parti devant. On discute, 16 ou 17km/h maxi.
On se retrouve tous au 1er ravito et on s’arrête tous pour rassembler les troupes. Pour la suite, après quelques kilomètres Jacques finira son 57km tout seul à son rythme tout comme Yannick . On continu le parcours devient maintenant plus forestier avec beaucoup de beaux sentiers non techniques et encore roulants malgré la pluie matinale, peu de dénivelé. Une belle glisse pour moi sur une ornière, beau travers mais contrôlé : il faut dire que ceux qui ont des lunettes y voient pas grand chose. Eric fera aussi une belle figure sans chute également.
Après le 2ème ravito comme l’a dit Bruno plus de dénivelé, Patrick suit assez bien le rythme, on ralenti peu mais on a pas trouvé un rythme pour l’instant. Aussi des descentes rapides d’on celle peu pentu mais interminable qui finit par trois, quatre virages rapides ou le seul « danger » sera la terre humide.
Belle descente dans le secteur du moulin de  la Gouspilliére avec 4 belles épingles et quelques pierres humides surement bien élagué et sécurisé par les organisateurs.
Suit le passages des escaliers, on essai bien de monter mais c’est devenu très glissants avec les passages, on a le niveau pour normalement passer sur le sec mais avec du gras on fait rapidement du sur place : peu ont du monter (Bruno et autres costauds, compétiteurs et encore avec les bons pneus et la bonne position ). Il fallait mieux passer dans les 1er ici.
Mon GPS c’est éteint au 51 ème kilomètres, notre moyenne est alors de 18,5km/h mais on a commencé a accéléré vers qu’au 42 ème kilomètres dans un passage de sentier monotrace bien gras ou ils fallait mieux passé à fond pour en sortir au plus vite. A ça sortie Eric relance et Damien prend le relais c’est parti pour une fin de parcours sur un bon rythme ( on perd Patrick par ici, il a bien roulé  jusqu’à là).
On revient sur les jeunes de Montoire-sur-le-Loir, leur rando c’est dimanche 14 mai 2017 « La vallée du Loir ». Ceux qu’ils veulent faire des beaux parcours plein de surprises avec aussi un  raid 80km avec 1350m de dénivelé on tout intérêt à s’y déplacer : c’est une des cinq plus belle randonnée des dépts 41et37 garanti, je leur fait confiance pour avoir maintenu le cap. Il y a aussi chez nous la Rando du club de Veretz au porte de Tours et plus accessible.
Maintenant globalement plus de boue avec les nombreux passages, néanmoins rien de terrible, on double pas mal de VTTistes. Le parcours essentiellement en forêt n’est pas très dur mais les sentiers et chemins sont beaux et verdoyants, rien à voir avec le final très vallonnés de La gadoue (même organisation).
Arrivé direct sur le beau goulet sinueux et encaissé  toujours un peu gras ( passage mythique des sentiers Langeaisiens), plus on attaque, plus c’est fun. Suit la côte qui passe assez bien même si ma roue a glissé. Encore un peu de roulant et on finit avec la descente du château d’eau sur le coteau juste en face de l’arrivée, je connais, on voit qu’ils l’ont nettoyé, je pars à fond : petite frayeur sur un des virages serrés mais je lâche rien jusqu’en bas. Finir la dessus , le pied.
Donc, plus de GPS , pas de moyenne mais peu importe on c’est fait plaisir. Globalement des parcours facile mais plaisants car souvent en forêt sur de belles allées, sentiers bucoliques. On peut y rouler vite pour les costauds ou rouler en mode découverte avec quelques petits courts challenges.
Le balisage est très correcte comme toujours , les boucles sont clairement indiquées, faut t’il encore faire attention au cadre quand on prend « aller » car à notre 2ème passage, comme le passage nous semblez inconnu on était près (Eric et moi) à repartir sur la même boucle : heureusement Damien nous a retenu. Nombreux ravitos sur le parcours, presque trop sur le grand parcours , c’est un lux de pouvoir dire cela. Malgré la pluie au départ, 350 VTTistes ce sont déplacés,  un signe qui ne trompe pas sur la qualité de l’organisation.
Pour ma part, un petit coup de lavage avant de repartir sur Tours en vélo par la route en passant par le pont SNCF de Saint-Marc-la-pile, Savonnières et rive gauche du Cher sur route jusqu’au Quartier des fontaines (26km), bien roulé, arrivée à 14h20 avec 90km.

 

Publicités